Un magnifique sarcophage en plomb émerge des fouilles de Notre-Dame de Paris, blessée par l’incendie

Un Magnifique Sarcophage En Plomb émerge Des Fouilles De Notre Dame

Les travaux de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, dévastée par l’incendie de 2019, ont mis au jour un sarcophage en plomb et d’autres trouvailles.

Crédit : INRAP / Roselyne Bachelot / Twitter

Tout mal ne vient pas à mal, pourrait-on penser en observant les extraordinaires découvertes archéologiques qui émergent des dessous de la cathédrale Notre-Dame de Paris, gravement endommagée par l’incendie qui s’est déclaré le 15 avril 2019. Des fouilles nécessaires à la restauration de la merveilleuse construction, les archéologues gothiques extraient des œuvres d’une grande valeur scientifique, parmi lesquelles se distingue un sarcophage en plomb particulier.

L’opération de fouilles, commandée par l’établissement public français chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris (EPRNDP), a été nécessaire pour assembler l’imposant échafaudage de 100 mètres de haut, grâce auquel la toiture, le transept et flèches, littéralement effondrées sous la violence des flammes. Les archéologues se sont naturellement impliqués dans ces travaux invasifs – qui ont débuté le 2 février dernier – ; compte tenu de l’extrême importance du site, datant du XIIe siècle, il était fort probable qu’un trésor particulièrement précieux puisse émerger de sous le sol. Et c’était ainsi. Mais il n’y a pas beaucoup de temps pour enquêter davantage; la DRAC Île-de-France (service régional d’archéologie) en concertation avec l’EPRNDP et l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) a décidé que ces fouilles pourront se poursuivre jusqu’au 25 mars et pas au-delà. De plus, si les projets de Macron de reconstruire et de rouvrir complètement la cathédrale dans les cinq ans suivant l’incendie doivent être respectés, on ne peut pas s’attarder à des fouilles qui ralentissent les travaux.

Crédit : INRAP

Alors qu’a-t-on trouvé sous la cathédrale ? Comme indiqué, la trouvaille la plus intéressante est certainement un sarcophage anthropomorphe (à forme humaine) en plomb, qui selon les érudits daterait du XIIIe ou tout au plus du XIVe siècle. « Compte tenu des caractéristiques et de l’emplacement du sarcophage, l’hypothèse d’une sépulture d’un haut dignitaire semble probable », lit-on dans le communiqué du ministère français de la Culture. Le professeur Christophe Besnier de l’Institut national d’archéologie a déclaré à CNN que les scientifiques ont réussi à envoyer une petite caméra dans le sarcophage, à l’intérieur duquel « des restes de tissu, de matière organique comme des cheveux et des restes de plantes » ont été trouvés. « Le fait que ces plantes soient toujours là indique que le contenu a été très bien conservé », a ajouté l’expert au journal américain.

Crédit : INRAP

Outre le sarcophage, les archéologues français ont trouvé plusieurs autres sépultures, ainsi qu’une fosse contenant divers « éléments sculpturaux polychromes » qui appartiendraient à l’ancienne cloison de Notre-Dame, construite vers 1230. « Au cours de son travail dans le milieu du XIXe siècle, Viollet-le-Duc a trouvé d’autres fragments appartenant à cette cloison, qui sont aujourd’hui exposés au musée du Louvre. C’est donc une découverte très intéressante, susceptible d’apporter de nouvelles données sur cette cloison et sur la qualité de son décor pictural », lit-on dans le communiqué. Parmi les sculptures trouvées, il y a aussi des fragments de deux mains se tenant. Comme l’a indiqué le ministre français de la Culture Jean-Louis Georgelin, ces découvertes permettront d’améliorer la compréhension de l’histoire de Notre-Dame de Paris. Mais il ne reste plus qu’une semaine pour tenter de récupérer d’autres artefacts précieux.