Des centaines de mystérieux signaux radio de l’espace ont été détectés

Des centaines de mystérieux signaux radio de l'espace ont été détectés
sur la photo : Crédit : Danielle Futselaar / Breakthrough Listen

De 2007 les scientifiques ont commencé à ramasser des dieux signes étranges dans l’espace lointain, Fast Radio Burst (FRB) ou alors Flashs radio rapides. Ces phénomènes mystérieux se produisent dans la bande radio du spectre électromagnétique et générer un « flash » très puissant pendant quelques millisecondes ; l’énergie libérée par les FRB est en effet immense, comparable à celle émise simultanément par des centaines de millions de soleils. Jusqu’à présent, on croyait qu’il s’agissait de phénomènes relativement rares, étant donné le petit nombre de ceux capturés (environ 140), cependant, grâce à un système sophistiqué radiotélescope placé en Colombie-Britannique canadienne, ce nombre a pratiquement quadruplé. Les scientifiques viennent en effet d’annoncer que le CARILLON (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment) entre 2018 et 2019 bien intercepté 535 nouvelles rafales radio rapides, au cours de sa première année d’activité.

« Avant CHIME, moins de 100 FRB ont été découverts au total ; maintenant, après un an d’observation, nous en avons découvert des centaines d’autres », a déclaré le Dr Kaitlyn Shin, scientifique impliquée dans le projet et diplômée du département de physique du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), dans un communiqué de presse. « Avec toutes ces sources, nous pouvons vraiment commencer à avoir une idée de ce à quoi ressemblent les FRB dans leur ensemble, comment l’astrophysique pourrait déclencher ces événements et comment ils peuvent être utilisés pour étudier l’univers à l’avenir », a-t-elle ajouté.

Il existe deux types différents de FRB : la plupart d’entre eux sont Célibataire, c’est-à-dire qu’il ne se manifeste qu’une seule fois en un certain point de l’espace et n’est plus interceptable, tandis qu’une petite partie se répète à fréquence variable. Ce schéma se reflète également dans les centaines de nouveaux signaux radio interceptés par CHIME ; sur 535, en effet, seuls 18 sont répétitifs, comme le premier de ce genre identifié en 2012, de Télescope d’Arecibo.

L’origine du Lampi Radio Veloci est encore incertaine, mais au moins pour le premier intercepté dans le voie Lactée il a été possible de le déterminer : c’est un magnétar, une étoile à neutrons avec un très puissant champ magnétique, des milliards de fois plus énergétique que celle de la Terre. Grâce aux multiples enquêtes du CHIME il sera possible de mieux déterminer l’origine des plus insaisissables. Ce qui est certain, c’est que sur la base de la répartition dans le ciel, les chercheurs pensent qu’il ne s’agit pas de phénomènes rares, avec environ 9 000 signaux par jour. Le CHIME pour les chasser traite 7 téraoctets de données par seconde. Grâce aux études sur les FRB, les scientifiques pourront également obtenir plus d’informations sur la répartition des gaz est matière dans l’espace, jetant ainsi les bases de nouvelles investigations cosmologiques. Les détails de la recherche ont été présentés lors de la 238e réunion de l’American Astronomical Society.