Adieu à Pigcasso, la truie peintre qui a vendu ses tableaux pour un million de dollars

Image

Depuis des années, la truie souffrait de polyarthrite rhumatoïde. Dans un post sur Instagram, la propriétaire a annoncé le passage : « Son héritage inspirera un monde plus aimable et durable pour tous ».

Image

Pour la dernière fois, elle a plongé son museau dans le jus de betterave rouge pour signer sa toile « Standing Ovation ». Pigcasso, la truie peintre, est morte après une longue maladie. Joanne Lefson, propriétaire et militante, a annoncé la disparition : « C’est très triste, elle a été une figure si inspirante pour le bien-être des animaux, nous voulons célébrer sa vie ». Pigcasso, le jeu de mots est presque didactique, a été sauvée de l’abattoir en 2016 et avec l’aide de Lefson, elle a commencé à peindre, ses tableaux ont été vendus pour un total d’un million de dollars.

« Pigcasso aurait été transformée en bacon avant l’âge de 6 mois. Au lieu de cela, elle a été sauvée et est devenue une source d’inspiration pour des millions de personnes à reconsidérer ce qu’elles mangent grâce à son talent extraordinaire », a ajouté Lefson. Pigcasso a commencé à souffrir de polyarthrite rhumatoïde ces dernières années, et ses problèmes physiques se sont aggravés rapidement en septembre 2023.

L’histoire de Pigcasso

La truie est née en 2016 dans un élevage de porcs de la région des Winelands au Cap Occidental, en Afrique du Sud. Lefson l’a sauvée de l’abattoir et l’a emmenée à la Ferme Refuge SA de Franschhoek, l’organisation à but non lucratif fondée par Lefson. Dès son arrivée, elle a tout détruit, sauf un ensemble de pinceaux, « et c’est ainsi que l’idée est née », a raconté Lefson. « Son intérêt pour les pinceaux m’intriguait, et j’ai pensé que c’était un signe ».

Lefson a appris à Pigcasso à peindre en utilisant son museau et un pinceau sur mesure, et elle a également acheté des peintures non toxiques pour enfants pour réaliser les tableaux. « Les moments les plus intrigants étaient ceux où elle créait des formes incroyables par elle-même, un cœur, une initiale, un chiffre, et je la stoppais, me demandant comment je pouvais l’aider ou l’encourager à réaliser de nouvelles œuvres », a raconté l’activiste.

Le succès des œuvres

La truie peintre a rencontré un succès, elle a été la première « artiste non humaine » à exposer une exposition d’art, et en 2019, elle a inspiré l’édition limitée de la montre Flying Pig de Swatch. De plus, comme l’explique Lefson, tous ses tableaux ont été vendus pour un total d’un million de dollars. « En 2021, Pigcasso a fait les gros titres internationaux lorsqu’elle a vendu ‘WILD AND FREE’ à un acheteur allemand pour 20 000 livres sterling », a souligné l’activiste. « C’est un record, jamais auparavant une œuvre d’art peinte par un animal n’avait été vendue à un prix aussi élevé ».

Les tableaux peints par la truie

Les tableaux de Pigcasso ont été exposés aux Pays-Bas, en Allemagne, en France, en Chine et au Royaume-Unis. Les peintures ont été classées comme de l’expressionnisme abstrait, bien qu’elles soient loin des œuvres d’Isamu Noguchi, Jackson Pollock, Robert Motherwell et Mark Rothko. Les trois tableaux les plus célèbres sont « Peacock », « Snowman » et « Mouse », vendus chacun pour 5 000 dollars en 2021.

Pigcasso a également réalisé une peinture du prince Harry, achetée par un acheteur espagnol pour 3 000 dollars. Tous les bénéfices ont été reversés à l’organisation à but non lucratif « Farm Sanctuary SA », fondée par Lefson en 2016 pour lutter contre les élevages intensifs et promouvoir le bien-être des animaux.

La maladie de Pigcasso

Depuis des années, la truie souffrait de polyarthrite rhumatoïde. « Au début du mois d’octobre, ses deux pattes arrière sont devenues boiteuses en raison de la calcification de la partie inférieure de la colonne vertébrale aggravée par l’arthrite », a raconté Lefson. « La sienne était une condition incurable directement liée aux manipulations et aux modifications auxquelles les animaux d’élevage sont soumis dans les élevages intensifs industrialisés d’aujourd’hui ». Lefson a ensuite ajouté : « Son héritage se poursuit à travers le sanctuaire et notre mission d’inspirer un monde plus aimable et durable pour tous ».