« Augmentation du risque de cancer »: quand la perte de poids menace la santé

Comme l'obésité, maigrir peut également être une menace pour la santé et augmenter le risque de cancer : si la perte de poids est inattendue, le risque de cancer augmente significativement dans l'année

Perdre du poids peut résulter de changements dans l’alimentation ou d’une augmentation de l’activité physique, mais si la perte de poids n’est pas due à des comportements plus sains, le risque de cancer augmente. Quels sont les cancers associés à une perte de poids inattendue.

Comme l'obésité, maigrir peut également être une menace pour la santé et augmenter le risque de cancer : si la perte de poids est inattendue, le risque de cancer augmente significativement dans l'année

Comme l’obésité, maigrir peut également être une menace pour la santé et augmenter le risque de cancer : si la perte de poids est inattendue, le risque de cancer augmente significativement dans l’année.

Probablement tout le monde sait que le surpoids est lié à de nombreux problèmes de santé, notamment le cancer : en effet, les chercheurs ont démontré que l’obésité est associée à au moins treize types de cancer, d’où l’importance de perdre du poids.

Cependant, une nouvelle étude a révélé que maigrir peut également être une menace pour la santé en augmentant le risque de cancer. En particulier, les chercheurs ont constaté que lorsque la perte de poids est inattendue – sans lien avec des changements dans l’alimentation ou une augmentation de l’activité physique – le risque de diagnostic de cancer augmente significativement dans l’année qui suit la variation de poids.

Quand maigrir augmente le risque de cancer

Non seulement l’obésité, mais aussi la perte de poids est liée à une augmentation du risque de cancer lorsque la perte de poids est involontaire, c’est-à-dire sans lien avec des comportements plus sains. Chez les personnes qui connaissent ce type de perte de poids – dont l’intention de maigrir a été classée comme « basse » (aucun changement de régime alimentaire ou augmentation de l’activité physique) dans le cadre de la nouvelle étude – les diagnostics de cancer dans l’année sont jusqu’à deux fois plus élevés que chez ceux qui n’ont pas perdu de poids.

L’enquête, détaillée dans un article de recherche récemment publié dans la revue scientifique Jama Network, a impliqué 157 474 personnes âgées de 40 ans et plus qui ont été suivies pendant plus de trois décennies. Tous les deux ans, les chercheurs ont recueilli des informations détaillées sur le poids et l’exercice physique, évaluant les comportements qui ont favorisé la perte de poids en tenant compte des changements dans l’alimentation et l’activité physique des participants. Plus précisément, l’intention de perdre du poids a été classée comme « élevée » lorsque tant l’activité physique que la qualité de l’alimentation ont augmenté, « moyenne » en présence d’un seul des deux comportements, et « basse » en l’absence des deux.

Dans ce dernier groupe, les personnes ayant perdu plus de 10% de leur poids corporel au cours des deux dernières années avaient deux fois plus de risques de recevoir un diagnostic de cancer dans les 12 mois suivant la perte de poids. Mais tous les cancers n’étaient pas également associés à une perte de poids.

Quels sont les cancers associés à la perte de poids

Comme on le sait, une perte de poids involontaire, c’est-à-dire sans lien avec des comportements plus sains, est un facteur de risque associé à l’apparition de cancers. En d’autres termes, c’est l’un des symptômes du cancer qui ne devrait jamais être ignoré. En effet, il existe plusieurs conditions qui peuvent entraîner une perte de poids inattendue, mais les résultats de la nouvelle étude ont permis d’identifier quels cancers pourraient être la raison de cette perte de poids inattendue.

« Nous avons découvert que le risque est particulièrement élevé pour le cancer du tractus gastro-intestinal supérieur, les cancers du sang, le cancer de l’intestin (cancer colorectal) et le cancer du poumon, mais pas pour le cancer du sein, de l’appareil urinaire, du cerveau ou le mélanome – explique Qiaoli Wang, chercheuse au Département de sciences cliniques, d’interventions et de technologies de l’Institut Karolinska de Stockholm, en Suède, et auteure principale de l’étude. – Lorsque vous perdez du poids sans raison claire, vous devriez toujours consulter un médecin pour en découvrir la cause. »

D’autre part, savoir quels cancers pourraient être la raison d’une perte de poids involontaire peut aider les médecins à se concentrer plus attentivement sur le dépistage de certaines formes de cancer, notamment celles qui touchent les organes du système gastro-intestinal (estomac, foie, intestin ou pancréas), et qui souvent, dans les premiers stades, ne provoquent pas de symptômes particuliers pouvant évoquer leur présence.