Volte-face de la Russie: restera sur la Station spatiale internationale jusqu’en 2028

Un problema con l’attracco della navicella Dragon SpaceX alla ISS ritarda lo sbarco degli astronauti

Yuri Borisov, le directeur de ROSCOMOS (l’agence spatiale russe), a annoncé que la Russie n’abandonnerait pas prématurément le programme spatial sur l’ISS, mais le poursuivrait avec des partenaires internationaux jusqu’en 2028. La décision a été prise par le Kremlin.

La Station spatiale internationale esquive les debris spatiaux russes

La Russie a annoncé qu’elle continuerait à participer au programme de la Station spatiale internationale (ISS) jusqu’en 2028, c’est-à-dire jusqu’à ce que le laboratoire orbital soit censé être mis hors service, bien que les États-Unis aient l’intention de prolonger sa « durée de vie » jusqu’en 2030. -face après la succession d’annonces menaçantes lancées par l’ancien directeur de ROSCOMOS – l’Agence spatiale russe – Dmitri Rogozine, suite aux sanctions imposées à la Fédération de Russie pour la guerre en Ukraine. Les déclarations de Yuri Borisov, le nouveau patron de l’agence et ancien vice-Premier ministre et ministre de la Défense, étaient plus modérées, qui en juillet dernier avait en tout cas confirmé l’abandon du programme spatial sur l’ISS en 2024. Désormais la volte-face officielle décidée par le Kremlin et confirmée sur Telgram par ROSCOMOS lui-même.

« Par décision du gouvernement, l’opération sur la Station spatiale internationale a été prolongée jusqu’en 2028 », a déclaré Borisov dans un discours à la télévision russe. Par la suite, il a envoyé un document officiel aux principaux partenaires internationaux pour formaliser la décision : l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, l’a reçu ; le chef de l’Agence spatiale européenne (ESA) Josef Aschbacher ; Lisa Campbell, présidente de l’Agence spatiale canadienne (ASC); et le ministre japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie Keiko Nagaoka, personne de contact pour JAXA, l’agence spatiale japonaise. « Le programme ISS est le projet international le plus important et le plus réussi dans le domaine de l’espace et je suis ravi qu’un laboratoire aussi unique poursuive ses travaux et contribue à la réalisation des idées les plus audacieuses de l’humanité en matière d’exploration spatiale », a-t-il expliqué. document.

Le rôle de la Russie dans la gestion de l’ISS est fondamental puisque les propulseurs du laboratoire orbital sont situés dans sa section. Ce n’est pas un hasard si Rogozine dans ses messages postés sur Twitter craignait la possible rentrée incontrôlée de la station spatiale dans l’atmosphère terrestre, au cas où la collaboration serait interrompue. L’ancien directeur de ROSCOMOS a souligné que cela se serait produit si les sanctions imposées à la Russie par les pays occidentaux (et pas seulement) à la suite de « l’opération militaire spéciale » sur le sol ukrainien n’avaient pas été levées.

La menace voilée, relancée à plusieurs reprises dans les premières phases du conflit, était également accompagnée d’une vidéo grotesque publiée par l’agence de presse russe RIA Novosti, qui montre l’ISS à la dérive après le largage des modules russes (qui dépendent pourtant de l’électricité fournie par ceux des USA, tous étant interconnectés). L’abandon précoce des Russes aurait sans doute conduit à d’énormes problèmes d’organisation et probablement au démantèlement précoce du laboratoire orbital. Avec l’annonce de Borisov, les astronautes de ROSCOMOS, de la NASA, de l’ESA et d’autres agences spatiales continueront à coopérer comme ils le font depuis 25 ans maintenant.

Indépendamment du sort de l’ISS, la Russie a toujours l’intention de construire sa propre station spatiale en orbite terrestre basse, mais cela pourrait prendre plus de dix ans pour la développer. Abandonner l’ISS aurait été un coup dur pour le prestige du programme spatial russe, et c’est l’une des raisons pour lesquelles le Kremlin a décidé de poursuivre le partenariat entre les stars.

Vidéo, découvrez les 7 Explosions Nucléaires les plus puissantes jamais filmées :

YouTube video