Régulateurs antitrust de l’UE pour évaluer le plan de vente de Microsoft des droits de diffusion en continu hors UE

Microsoft peut conclure l'acquisition d'Activision Blizzard mais sous condition

Les régulateurs antitrust de l’UE s’apprêtent à évaluer l’impact de la proposition de Microsoft de vendre ses droits de diffusion en streaming de cloud non-UE à Ubisoft Entertainment dans le cadre de son remède pour l’accord Activision au Royaume-Unis. Les régulateurs examineront si cette proposition est suffisante pour résoudre les préoccupations en matière de concurrence et assurer des conditions de concurrence équitables sur le marché. Microsoft a déjà reçu l’approbation de l’Europe pour l’accord Activision, mais l’entreprise rencontre de nombreux obstacles au Royaume-Unis. La dernière proposition de l’entreprise vise à garantir que l’accord au Royaume-Unis aboutisse. Cependant, l’UE vérifiera maintenant la proposition pour s’assurer qu’elle ne nuira pas à son économie.

Régulateurs antitrust de l'Union européenne

Contexte

Microsoft a annoncé son intention d’acquérir la société de jeux vidéo Activision Blizzard, basée au Royaume-Unis, en janvier 2023 pour 68,7 milliards de dollars. L’accord donnerait à Microsoft le contrôle de franchises de jeux populaires comme Call of Duty, World of Warcraft et Candy Crush. Cependant, l’accord a soulevé des préoccupations parmi les régulateurs antitrust de l’UE et d’autres régions.

La Commission européenne a lancé une enquête sur l’accord en mars 2023. L’UE a évoqué des préoccupations selon lesquelles cela pourrait nuire à la concurrence sur le marché des services de streaming de jeux vidéo. La Commission était surtout préoccupée par l’impact de l’accord sur le marché naissant du cloud gaming. Sur ce marché, Microsoft est déjà le principal acteur grâce à son service Xbox Game Pass.

Cependant, Microsoft a fait preuve d’engagement en proposant un accord de licence de 10 ans à ses concurrents. La société a également offert des licences gratuites aux utilisateurs des pays de l’UE. Cela a répondu aux préoccupations de l’UE en matière de concurrence. Ces mesures ont été jugées favorables à la concurrence et ont répondu aux besoins du régulateur de l’UE. Cependant, l’entreprise a encore besoin d’un remède pour apaiser les régulateurs britanniques.

La proposition de remède de Microsoft

Pour faire face à l’enquête sur l’accord au Royaume-Unis, Microsoft a proposé un nouveau remède. La société propose de vendre ses droits de diffusion en streaming de cloud non-UE à Ubisoft, une société française de jeux vidéo. La proposition permettrait à Ubisoft de proposer ses jeux sur la plateforme de cloud gaming de Microsoft. Cela garantirait également que ce dernier n’a pas un avantage déloyal sur le marché.

Activision Blizzard

Microsoft s’est également engagé à fournir un accès à sa plateforme de cloud gaming à d’autres marques de jeux vidéo dans des conditions non discriminatoires. Cela garantirait que les autres acteurs du marché ont une chance équitable de rivaliser avec l’entreprise.

La vente des droits de diffusion en streaming de cloud non-UE à Ubisoft est présentée comme un moyen d’apaiser les régulateurs britanniques. L’accord donnera à Ubisoft le contrôle total des droits de streaming pour tous les jeux sur console d’Activision. Cela inclut des titres populaires tels que Call of Duty et World of Warcraft, en dehors de l’UE. De cette façon, l’accord permettra de réduire en partie le pouvoir du cloud gaming de Microsoft. C’est ce que veulent les régulateurs, ils ne veulent pas qu’une seule entreprise contrôle autant.

Voici quelques points clés concernant l’accord proposé :

  • Ubisoft compensera Microsoft pour les droits de streaming en ligne des jeux d’Activision. Cela se fera par le biais d’un paiement unique et d’un taux de redevance basé sur le marché.
  • L’accord permettra à Ubisoft de rendre les jeux d’Activision disponibles sur sa propre plateforme de cloud gaming.
  • La vente proposée des droits de diffusion en streaming de cloud non-UE est considérée comme une étape cruciale dans la stratégie de Microsoft visant à obtenir l’approbation de son accord d’achat d’Activision.
  • Le Competition and Markets Authority (CMA) du Royaume-Unis examine actuellement l’accord.
  • Le CMA s’inquiète du fait que l’accord puisse entraîner des prix plus élevés pour les utilisateurs. Ils estiment également qu’il pourrait entraîner une réduction de la qualité et de la gamme de jeux vidéo.
  • Il est prévu que la vente proposée des droits de diffusion en streaming de cloud non-UE à Ubisoft contribue à résoudre ces problèmes. Cela se fait en garantissant qu’il existe toujours une concurrence sur le marché des services de cloud gaming.

La vente proposée des droits de diffusion en streaming de cloud non-UE à Ubisoft est une étape importante dans la tentative de Microsoft d’acquérir Activision. En répondant aux préoccupations concernant la concurrence sur le marché britannique du jeu, Microsoft espère obtenir l’approbation de l’accord. Une fois cela fait, elle pourra alors poursuivre ses plans d’expansion dans l’industrie du jeu.

Activision Blizzard

Évaluation des régulateurs antitrust de l’UE

Les régulateurs antitrust de l’UE vont maintenant évaluer si la proposition de Microsoft est suffisante pour résoudre les préoccupations en matière de concurrence et assurer un niveau de concurrence équitable sur le marché. Les régulateurs examineront l’impact de la proposition sur le marché du cloud gaming, ainsi que sur d’autres marchés connexes tels que les services de streaming de jeux vidéo. Les régulateurs de l’UE vérifieront également si la proposition de Microsoft de vendre ses droits de cloud non-UE à Ubisoft affectera son approbation initiale de l’accord.

Un porte-parole de l’exécutif de l’Union européenne a déclaré dans un courrier électronique en réponse à Reuters :

« Nous suivons de près les développements au Royaume-Unis et évaluons l’impact que cela pourrait avoir sur les engagements acceptés par la Commission »,

En mai dernier, l’UE a donné son approbation à l’accord après que la société ait proposé des conditions favorables telles que l’accord de licence de 10 ans à ses concurrents. Cependant, ils examineront maintenant si la dernière proposition de Microsoft nécessitera à l’UE de réexaminer l’accord.

Conclusion

La vérification de la proposition de Microsoft de vendre ses droits de diffusion en streaming de cloud non-UE à Ubisoft par les régulateurs antitrust de l’UE est une étape cruciale dans le test de l’acquisition proposée d’Activision par Microsoft. Les régulateurs évalueront l’accord et si la proposition est suffisante pour résoudre les préoccupations en matière de concurrence. L’objectif principal de cette vérification est d’assurer des conditions de concurrence équitables sur le marché. Le résultat de cette vérification aura un impact énorme sur l’industrie du jeu vidéo. En réalité, cela aura également un impact sur le marché naissant du cloud gaming.

Actualité mobile et vidéo du moment

YouTube video