Alexandria Ocasio-Cortez sur le nouveau Facebook : « Meta est un cancer pour la démocratie »

Alexandria Ocasio Cortez Sur Le Nouveau Facebook : "meta Est Un

Politique américaine Alexandria Ocasio-Cortez, qui a toujours été critique envers les géants américains de la technologie, a vivement critiqué Zuckerberg, Facebook et sa transformation en Meta les qualifiant de « cancer pour la démocratie ».

L’entreprise de Mark Zuckerberg, désormais rebaptisée Meta, est « un cancer de la démocratie dont les métastases génèrent une machine mondiale de propagande et de surveillance capable de soutenir des régimes autoritaires et de détruire la société civile à des fins lucratives ». La politique américaine Alexandria Ocasio-Cortez n’a pas ménagé ses mots, qui a commenté sur Twitter le nouveau nom Facebook annoncé par le même fondateur et PDG lors de la conférence Connect. Une critique qui fait suite à la forte pression exercée par Ocasio-Cortez ces dernières années pour réguler les grandes entreprises technologiques.

Le nouveau nom de l’entreprise de Mark Zuckeberg (le réseau social continuera à s’appeler Facebook) arrive à un moment critique pour la réalité de Menlo Park. D’une part, Zuckerberg explique que le rebranding vise à soutenir la nouvelle idée de Metaverse basée sur la réalité virtuelle et augmentée, mais d’autre part, le déménagement sert également à éliminer de l’entreprise une partie des énormes problèmes d’image qui ont l’a affecté au fil des ans. Last but not least, celui généré par les révélations de l’ancienne salariée Frances Haugen, qui dressait le portrait d’une entreprise incapable de gérer la désinformation et les activités illégales et dangereuses sur sa plateforme.

Une série d’aveux qui ont alimenté la polémique d’une partie de la politique américaine qui tente depuis des années de limiter la domination de ces entreprises technologiques, un groupe dans lequel Ocasio-Cortez représente une figure clé aussi en raison de sa préparation sur ces questions. Début octobre déjà, il avait frappé Facebook en publiant un tweet qualifiant l’entreprise de monopole ayant pour mission de « posséder, copier ou détruire toute plate-forme concurrente », une approche qui « a des effets incroyablement destructeurs sur la société libre et la démocratie ».

Adieu pouce levé : devant le siège social de Facebook, il y a maintenant le logo Meta