La NASA veut que vous l’aidiez à nommer son mannequin Artemis I

NASA wants you to help name its Artemis I dummy

En bref: La mission Artemis I de la NASA sur la Lune s’accélère. Alors que l’assemblage de l’énorme fusée SLS progresse, l’agence est passée à la prochaine étape importante : choisir un nom pour le passager non humain. Vous pouvez décider du nom de ce « moonikin » (un jeu de mannequin), bien que cela implique de choisir dans une liste, il n’y aura donc pas de Kirk, Picard ou Moony McMoonface.

Le « Name The Artemis Moonikin Challenge » propose huit noms présélectionnés au public. Chacun a une histoire en arrière, plutôt que d’être simplement choisi dans un chapeau.

Le premier est ACE, un acronyme pour Artemis Crew Explorer. C’est un favori personnel et devrait plaire aux fans de la série de science-fiction britannique Red Dwarf. Vient ensuite Campos, du nom de l’ingénieur électricien de la NASA, Arturo Campos, qui a contribué à ramener l’équipage d’Apollo 13 à la maison en toute sécurité. Il y a aussi Delos, une référence à une île de la mer Égée, et Duhart, un hommage au Dr Irene Duhart Long, la première femme afro-américaine à servir dans le Senior Executive Service du Kennedy Space Center.

Les quatre dernières options sont Montgomery, non pas une référence à Scotty de Star Trek mais à Julius Montgomery, le premier Afro-Américain jamais embauché à la base aérienne de Cap Canaveral pour travailler en tant que professionnel technique ; Rigel, de l’étoile ; Shackleton, un clin d’œil à l’explorateur antarctique Ernest Shackleton ; et enfin, il y a Wargo, qui vient de Michael Wargo, qui a représenté la NASA en tant que premier scientifique en chef de l’exploration pour la Direction de la mission d’exploration et d’opérations humaines au siège de la NASA.

Vous pourrez voter pour votre nom préféré sur Twitter, Facebook et Instagram à partir d’aujourd’hui dans un tournoi à élimination directe. Le vote final aura lieu le 28 juin et le gagnant sera annoncé le 29 juin.

La Nasa a déclaré que le moonikin serait « équipé de deux capteurs de rayonnement et de capteurs dans le siège – un sous l’appuie-tête et un autre derrière le siège – pour enregistrer l’accélération et les vibrations tout au long de la mission alors qu’Orion voyage autour de la Lune et revient sur Terre.  » Il sera rejoint sur l’engin par deux modèles de torses humains – Zolgar et Helga – fabriqués à partir de matériaux qui imitent les os, les tissus mous et les organes d’une femme adulte. La Nasa appelle les demi-corps des « fantômes », un peu effrayants.