L’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft fait l’objet d’un test plus approfondi de la part de l’UE

L'acquisition D'activision Blizzard Par Microsoft Fait L'objet D'un Test Plus

Pourquoi c’est important : l’offre de 69 milliards de dollars de Microsoft pour acquérir l’éditeur derrière Call of Duty et Overwatch fait déjà l’objet d’un test minutieux au Royaume-Uni. Il semble maintenant que l’Union européenne amènera son enquête sur l’accord à une nouvelle phase.

Des sources ont déclaré à Reuters et Politico cette semaine que Microsoft avait choisi de ne faire aucune concession aux régulateurs de la Commission européenne concernant ses projets d’acquisition d’Activision Blizzard. En conséquence, l’test de l’offre par l’UE entrera dans la phase 2 d’ici la semaine prochaine, faisant écho à l’test plus approfondi que les régulateurs britanniques placent sur l’acquisition.

Un porte-parole de Microsoft a déclaré que la société continuerait à travailler avec la Commission pour répondre à toute préoccupation. Bien que Microsoft n’ait soumis aucun recours officiel aux autorités britanniques ou européennes, il a récemment déclaré qu’il continuerait à publier indéfiniment les jeux Call of Duty sur les consoles PlayStation rivales pour apaiser la principale raison de Sony de s’opposer à l’accord.

Sony ne s’inquiète pas seulement du fait que Microsoft pourrait retirer l’énorme franchise de jeux de tir de PlayStation. Il pense également que Microsoft plaçant Call of Duty sur Xbox Game Pass et Xbox Cloud Gaming rendrait la société trop dominante dans les secteurs des abonnements et des jeux en nuage. Cependant, la réponse de Microsoft à l’test du Royaume-Uni a suggéré qu’il honorerait un accord antérieur entre Sony et Activision Blizzard qui maintiendrait Call of Duty hors de ses services d’abonnement pendant des années, même si Microsoft achetait Activision.

Lacquisition dActivision Blizzard par Microsoft fait lobjet dun test plus

Les régulateurs brésiliens ont approuvé l’accord sans condition après que leur test ait accueilli des arguments publics entre Sony et Microsoft. Le gouvernement brésilien doutait que Call of Duty soit essentiel à la survie de PlayStation et a déclaré que son travail n’était pas de protéger les concurrents individuels.

Malgré une grande partie de l’attention entourant l’acquisition centrée sur Call of Duty, Microsoft a admis qu’il voulait principalement Activision Blizzard pour les jeux sur PC et mobiles. Un rapport publié plus tôt cette année montre qu’une partie importante de l’argent d’Activision Blizzard provenait de King, le créateur de Candy Crush et Farm Heroes.

Un autre régulateur avec lequel Microsoft pourrait avoir des problèmes est la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis. Les rapports indiquent que l’enquête de la FTC en est encore à ses débuts et que toute décision n’arrivera que vers la fin novembre. L’Arabie saoudite a été le premier pays à accepter le rachat, mais Microsoft aura également besoin de l’approbation de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, du Japon et de la Corée du Sud.