Orion: une capsule qui emmènera les astronautes sur la lune est lâchée dans une piscine; Regardez

Orion: une capsule qui emmènera les astronautes sur la lune est lâchée dans une piscine;  Regardez

La capsule Orion, qui est en cours de construction par Lockheed Martin et sera utilisée par la NASA lors de missions habitées sur la Lune dans le cadre du programme Artemis, a subi un test crucial ce mardi (6): un plongeon dans une piscine.

Suspendue par une grue au-dessus du «Hydro Impact Basin», une piscine d’essai au Langley Research Center, dans l’État américain de Virginie, la capsule a été libérée d’une hauteur de deux mètres. Le but est de tester la réaction du vaisseau spatial lors d’un atterrissage sur l’eau, ce qui sera fait au retour des astronautes sur Terre.

Pour cela, plus de 500 capteurs ont été installés dans la capsule, « pour mesurer les forces qui agissent sur l’article de test lors de l’impact », a déclaré Jacob Putnam, analyste de données chez Langley.

«Ça ne peut pas être mieux que ça. Il semble que c’était une version parfaite, et il semble que la capsule se comporte comme prévu », a déclaré Putnam après le test.

« Les forces nous en diront beaucoup sur les risques pour la structure de la capsule ou de tout composant à l’intérieur, et le mouvement de la capsule dans l’eau nous en dira beaucoup sur ce que les occupants à l’intérieur vont ressentir », a-t-il ajouté.

« Avec ce test, nous nous assurons que les futures capsules Orion, ainsi que les astronautes à bord, sont en sécurité lors des futurs atterrissages », a déclaré l’analyste. Le test de ce mardi n’était qu’un d’une série qui a débuté le 23 mars, pour «finaliser des modèles informatiques de fret et de structures avant le test en vol d’Artemis II, la première mission avec l’équipage à bord d’Orion».

Sur une vraie mission, la capsule utilisera des parachutes pour ralentir sa descente après être rentrée dans l’atmosphère, atterrissant dans l’océan. C’est la même stratégie précédemment utilisée par la NASA dans les missions des programmes habités Mercury et Apollo, ainsi que par SpaceX avec le Crew Dragon. La Chine et la Russie, d’autres pays dotés de programmes habités, préfèrent les débarquements sur terre, généralement dans les régions désertiques de leur territoire.

La capsule subira encore deux autres tests, une chute d’une altitude plus élevée et un «test du pendule», lorsqu’elle sera lancée sous un angle, effectuant un mouvement de pendule avant de heurter l’eau «par le côté».

La première mission du programme Artemis sera Artemis I, prévue plus tard cette année, lorsqu’une capsule Orion sans pilote sera lancée par une fusée SLS lors d’un voyage autour de la Lune et retour sur Terre. La capsule qui sera utilisée pour cette mission est préparée en Floride depuis mars 2020.

La source: Space.com