L’application développée par l’ESA permet à votre smartphone de capter les signaux satellites

L'application Développée Par L'esa Permet à Votre Smartphone De Capter

L’agence spatiale européenne (ESA) a lancé une application pour smartphones Android qui permet la capture de signaux provenant de divers satellites, transformant efficacement l’appareil en un outil de crowdsourcing informations et, espérons-le, soutenir des études indépendantes.

appelé « Application CAMALIOT« , le logiciel mobile est déjà disponible via Google Play, mais il convient de le mentionner : un peu plus de 50 modèles de téléphones portables sont compatibles avec celui-ci (en particulier, les modèles équipés de récepteurs de navigation par satellite à deux fréquences), ce n’est donc pas n’importe quel appareil qui devenir un pôle scientifique.

L’application développée par l’ESA s’inscrit dans le cadre du programme d’innovation et de soutien à la navigation (NAVISP) et vise à encourager la recherche météorologique, à la recherche de données satellitaires sur le climat de la Terre. Selon la page officielle de l’application, il y a même une chance de gagner des prix, mais il n’y a aucune spécification quant aux critères d’éligibilité pour les gagner. La nature de ces prix est cependant simple : des bons pour des achats Amazon et même de nouveaux smartphones.

La méthode d’utilisation est relativement simple : si votre smartphone prend en charge la technologie « satnav », alors vous pouvez le laisser pointé vers la fenêtre la nuit, et il fera le reste, en collectant des informations à partir de ce que les émetteurs satnav de votre appareil identifient, en l’utilisant pour aider à créer de nouveaux modèles météorologiques.

« Systèmes mondiaux de navigation par satellite [GNSS] tels que Galileo ont révolutionné la vie quotidienne européenne », a déclaré Vicente Navarro, ingénieur en navigation à l’ESA. « Et les signaux modulés avec précision provenant de dizaines de satellites GNSS en orbite fournissent également une source précieuse de ressources scientifiques, constamment utilisées pour étudier l’atmosphère, les océans et les environnements de surface de la Terre. »

L’idée est d’utiliser des systèmes apprentissage automatique pour recueillir et interpréter ces données – sans compromettre la confidentialité des utilisateurs – afin que cette technologie puisse interpréter et créer de nouveaux modèles météorologiques à analyser.

Contrairement à d’autres applications, cependant, Camaliot n’est pas « éternel ». Selon un communiqué de l’ESA, il fait partie d’une campagne de quatre mois et a une période de validité de cette même durée.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !