La NASA publie une photo de « l’arc-en-ciel » sur Mars

Um arco-íris no céu marciano. Imagem: Nasa/JPL-Caltech

Une image capturée par le rover Perseverance dimanche dernier (4) à la surface de Mars déroute les scientifiques. Fabriqué avec l’une des caméras utilisées pour détecter et éviter les obstacles (Hazard Evitement Cam), il montre ce qui semble être un arc-en-ciel dans le ciel de la planète.

Sur Terre, des arcs-en-ciel émergent après les pluies, lorsque les gouttelettes d’eau en suspension dans l’atmosphère agissent comme des prismes et décomposent la lumière blanche du Soleil en ses couleurs primaires. Mais sur Mars, il n’y a pas de pluie, donc un arc-en-ciel ne devrait pas exister.

Un arc-en-ciel dans le ciel martien.  Image: Nasa / JPL-Caltech
L’arc-en-ciel dans le ciel martien. Image: Nasa / JPL-Caltech

La NASA n’a pas encore donné d’explication officielle du phénomène et il existe plusieurs théories plausibles. La première est qu’elle serait causée par la lumière réfléchie par de minuscules particules de poussière en suspension dans l’atmosphère martienne, surnommée «dustbow» (mélange des mots «poussière», poussière et «arc-en-ciel», arc-en-ciel).

Une autre possibilité, initialement soulevée lors d’un entretien avec des scientifiques de la NASA en 2015, est que le phénomène est causé par des particules de glace, et non d’eau, en suspension dans l’atmosphère.

Mars a deux types de glace à sa surface, en particulier aux pôles: la glace carbonique (dioxyde de carbone congelé, la « glace sèche » populaire) et la glace d’eau. Dans ce cas, la proue serait un «arc-en-ciel» (de «glace», glace).

Enfin, la troisième possibilité est que «l’arc» n’existe pas. Ce serait une illusion d’optique, causée par des rayons de lumière se reflétant à l’intérieur de l’objectif de la caméra. Cet effet, qui provoque des taches de lumière circulaires ou hexagonales dans les images, est connu sous le nom de Lens Flare.

Depuis son atterrissage sur Mars le 18 février, Perseverance a capturé d’innombrables images de la planète, qui sont régulièrement transmises à la Terre.

Pour encourager la recherche scientifique, la NASA met toutes ces images à la disposition du public, aussi bien en version «brute» (à la sortie de la caméra) qu’en version traitée, dans une galerie constamment mise à jour. Actuellement, près de 20 mille images sont disponibles.

La source: Futurisme