Roscosmos demande officiellement la levée des sanctions contre la Russie

Roscosmos Réduit Les Salaires Pour Compenser Les Difficultés De La

La semaine dernière, le directeur général de l’agence spatiale russe (Roscosmos), Dmitri Rogozine, a même menacé de laisser un astronaute américain sur la Station spatiale internationale (ISS). Aujourd’hui (14), l’exécutif russe a appelé les agences spatiales du monde entier – dont la NASA, l’ESA et le CSA canadien – à lever les lourdes sanctions économiques imposées à la Russie depuis que le président Vladimir Poutine a autorisé l’invasion militaire de l’Ukraine.

« Roscosmos a envoyé des appels écrits à la NASA, à l’agence spatiale canadienne et à l’ESA avec une demande de levée des sanctions illégales contre nos entreprises », lit-on dans le tweet, traduit de la langue russe.

Certains médias internationaux y ont vu un changement de stratégie de la part de Rogozine, qui avait jusque-là proféré des menaces à des degrés divers – la plupart visant les États-Unis, dont le président Joe Biden a pris des sanctions contre la Russie avec l’objectif précis de « dégrader le programme spatial » du pays.

Dans l’une de ces menaces, Rogozine a même déclaré qu’il «laisserait» l’ISS tomber sur le territoire américain.

Alors que la NASA et Roscosmos s’étaient, au début de la guerre, offert un soutien continu et que, dans l’espace, le climat de collaboration entre leurs astronautes se poursuivrait, la situation est devenue de plus en plus tendue. L’escalade de la violence de l’invasion russe a conduit plusieurs pays à prendre du recul sur les partenariats et les contrats avec le pays dirigé par Poutine, ce qui a invariablement affecté le secteur aérospatial local.

Le directeur général de Roscosmos, Dmitri Rogozine, a appelé à la levée des sanctions imposées à la Russie pour la guerre contre l
Le directeur général de Roscosmos, Dmitri Rogozine, a appelé à la levée des sanctions imposées à la Russie pour la guerre contre l’Ukraine, les qualifiant d’« illégales » (Image : Vera Larina/)

Cela n’aide pas que le programme spatial ukrainien cherche à obtenir son indépendance vis-à-vis de la Russie et cherche à adopter un modèle plus commercial, d’inspiration occidentale, ce avec quoi la Russie ne semble pas très à l’aise.

La semaine dernière, Rogozine a même annoncé une réduction de 30 % de son propre salaire et des dirigeants de Roscosmos, afin de maintenir le financement de l’agence face aux sanctions imposées.

À l’heure actuelle, aucune des agences susmentionnées n’a publié de réponse ou commenté dans les médias.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !