Les orages géomagnétiques frapperont la Terre aujourd’hui et demain : ce que cela signifie et pourquoi le Soleil est agité

Les Orages Géomagnétiques Frapperont La Terre Aujourd'hui Et Demain :

L’agence américaine NOAA et le Met Office britannique ont annoncé que la Terre serait frappée par des orages géomagnétiques aujourd’hui et demain.

Entre aujourd’hui et demain, on s’attend à ce que la Terre soit frappée par des orages géomagnétiques légers à modérés, dus à l’activité récente et intense du Soleil. Notre étoile est en effet « agitée » depuis plusieurs semaines, dans une succession d’orages coronaux les éjections de masse (CME) et les éruptions violentes qui continuent de projeter du plasma et des rayonnements électromagnétiques dans l’espace. Certains de ces phénomènes énergétiques puissants se sont produits en direction de notre planète, c’est pourquoi le vent solaire qu’ils émanent est sur le point de nous atteindre. Voici ce que cela signifie et quels sont les risques.

L’alerte de tempête géomagnétique pour les lundi 14 et mardi 15 mars a été émise par des scientifiques du Space Weather Prediction Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis et du Met Office britannique. L’agence américaine a précisé dans un communiqué que, grâce également aux données collectées par les satellites ACE et DSCOVR, une tempête géomagnétique de classe 2 (G2) est attendue pour aujourd’hui et une tempête de classe 1 (G1) pour demain. Les orages géomagnétiques sont classés sur une échelle de 1 à 5 (légers, modérés, forts, aigus, extrêmes) en fonction de l’intensité de l’événement. Si de faibles fluctuations des lignes électriques, des problèmes limités pour l’exploitation des satellites et des altérations des voies migratoires des animaux sont attendus pour une tempête de classe G1, une tempête de classe G5 peut entraîner de graves pannes de courant, des dommages aux transformateurs, des satellites « frits », des problèmes de navigation GPS étendus, l’incapacité des communications radio HF et des aurores dans les basses latitudes.

Les particules chargées électriquement du vent solaire, en effet, lorsqu’elles frappent l’atmosphère terrestre, sont dirigées vers les pôles le long des lignes de champ magnétique ; ici, ils sont ionisés et commencent à briller, donnant vie au magnifique spectacle des aurores polaires. Si l’orage géomagnétique déclencheur est particulièrement intense, ces phénomènes peuvent se développer à des latitudes beaucoup plus basses. Qu’il suffise de dire qu’en raison du tristement célèbre « événement Carrington » – la plus forte tempête géomagnétique jamais étudiée – qui s’est produite en septembre 1859, les aurores boréales étaient également visibles dans le ciel de Rome.

Certes, en Italie, nous ne profiterons pas des aurores polaires pour les tempêtes G1 et G2 attendues entre aujourd’hui et demain, mais il ne peut être exclu qu’à l’avenir il n’y ait pas de nouvel événement Carrington, qui pourrait avoir des effets particulièrement dévastateurs en raison de la technologie d’aujourd’hui. .beaucoup plus avancé que celui du milieu du XIXe siècle. Mais pourquoi le Soleil est-il si « agité » en ce moment ? La raison en est qu’elle se dirige vers le soi-disant maximum solaire de son cycle de 11 ans, qui correspond à l’intensité maximale des activités magnétiques. Les scientifiques prédisent que le pic pourrait se produire en juillet 2025. Pendant la période du maximum solaire, les éruptions, les éjections de masse coronale et la formation de taches solaires se produisent le plus fréquemment. Lorsque ces événements se produisent en direction de la Terre, la planète est directement frappée par le vent solaire qui, comme nous l’avons vu, peut avoir des effets d’intensité variable.

La puissance des tempêtes géomagnétiques vient d’être mise au point par SpaceX, la société aérospatiale privée d’Elon Musk. En février, 40 satellites du projet Starlink ont ​​en effet été détruits par une éjection de masse coronale qui a eu lieu le 30 janvier. Lorsque le vent solaire a frappé l’atmosphère terrestre quelques jours plus tard, il l’a rendue plus dense et plus résistante ; les satellites, tout juste lancés et en orbite temporaire, du fait de la plus grande résistance de l’air, n’ont pas pu gagner l’orbite attendue et ont donc été condamnés à la désorbite et à la destruction. Les orages géomagnétiques attendus pour aujourd’hui et demain sont liés à un événement solaire survenu le 10 mars.