La recherche révèle que la région arctique a perdu un tiers de sa glace en 20 ans

La Recherche Révèle Que La Région Arctique A Perdu Un

Une nouvelle étude du Jet Propulsion Laboratory du California Institute of Technology a révélé que la région arctique de la Terre a perdu environ un tiers de sa glace en 20 ans, en raison du retrait d’une forme de glace qui persiste plusieurs années et de la glace saisonnière avance – celle qui fond chaque été dans la région.

Explication : la glace de mer est le type qui s’accumule au fil des années et des décennies, formant des glaciers, des murs et une grande partie de la masse continentale, car elle est plus pure et plus résistante à la chaleur. Le matériau saisonnier, cependant, fond facilement et a avancé sur le premier et pris du terrain, « amincissant » efficacement le volume de glace présent sur le continent.

L'amincissement de l'épaisseur de la glace continentale dans la région arctique pourrait apporter des étés complètement sans neige dans la région d'ici 2050.
L’amincissement de l’épaisseur de la glace continentale dans la région arctique pourrait apporter des étés complètement sans neige dans la région d’ici 2050 (Image : yunus topal/)

Les mesures de profondeur de glace proviennent principalement de deux sources de données satellitaires : LiDAR (ICESat-2) et radar (CryoSat-2). Avec eux, les scientifiques peuvent générer des estimations de l’épaisseur de la neige et de la hauteur de la glace au-dessus du niveau de la mer. Selon les dernières informations, 16% du volume de glace de mer en hiver (un peu moins d’un demi-mètre) depuis le lancement du satellite ICESat-2 en septembre 2018.

« Nous ne nous attendions vraiment pas à ce déclin, pour que cette glace soit tellement plus mince en seulement trois courtes années », a déclaré Sahra Kacimi, auteur principal de l’étude et scientifique polaire au laboratoire californien.

La recherche a comparé l’épaisseur de la glace à l’épaisseur de la neige calculée à partir des données des deux satellites, avec des données similaires obtenues à partir d’enregistrements climatiques précédents. La conclusion était que les données des enregistrements climatiques valorisaient à environ 20% les estimations de la présence de glace dans la région arctique, représentant 0,2 mètre qui n’y était pas en fait.

« La profondeur de la glace arctique, l’épaisseur et le volume de la glace de mer sont trois mesures très difficiles à obtenir », a déclaré Ron Kwok, co-auteur de l’étude et scientifique polaire à l’Université de Washington. « Le détail le plus important pour moi est la perte remarquable de volume de glace hivernale dans l’Arctique – un tiers en 18 ans. »

En pratique, cela pourrait signifier que d’ici le milieu de ce siècle (2050 et au-delà), nous pourrons voir des saisons estivales arctiques complètement libres de glace.

L’étude complète a été publiée dans la revue scientifique Union géophysique américaine.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !