Approches de la «décennie de Vénus» avec trois missions confirmées sur la deuxième planète du système solaire

Dans Une Nouvelle Vidéo, La Nasa Présente Les Missions D'exploration

La prochaine décennie devrait valoriser un objet très proche de nous dans nos efforts d’exploration spatiale : appelée par certains la « Décennie de Vénus », à partir de 2030, nous aurons au moins trois missions distinctes pour étudier la deuxième planète du système solaire – notre voisin immédiat dans notre « quartier » de la Voie lactée.

L’année dernière, les agences spatiales américaine (NASA) et européenne (ESA) se sont engagées à lancer les missions VERITAS, DAVINCI et Envision – toutes avec des objectifs différents, mais avec l’espoir de mener la plupart de leurs observations au début de la prochaine décennie.

Images de Vénus prises par la sonde spatiale Solar Parker
La sonde solaire Parker a capturé ces images de Vénus à l’aide de son instrument WISPR lors de son quatrième survol en février 2021, montrant la surface nocturne de la planète. (Crédit image : NASA/APL/NRL)

« Notre » communauté vénusienne « est très soudée », a déclaré Martha Gilmore, géologue planétaire à l’Université Wesleyan dans le Connecticut, aux États-Unis, spécialisée dans Vénus, lors d’une conférence qu’elle a donnée lors de la Conférence sur les sciences lunaires et planétaires, au Texas. « Nous nous battons depuis longtemps pour cela et faisons des propositions [de missões]”.

L’événement a marqué au moins une journée consacrée à l’avenir des études sur Vénus, mettant en évidence les trois missions mentionnées : VERITAS est la plus proche, dont le lancement est prévu en 2027. Son objectif sera d’observer le nuage atmosphérique dense de la planète et au-delà, donnant aux scientifiques la première image de la surface depuis la mission Magellanen 1994. Les instruments de la sonde recueilleront des données sur la composition des roches, les activités géologiques (tremblements de terre, volcanisme, etc.), ainsi qu’une compréhension approfondie de l’intérieur de la planète.

« VERITAS va produire ces incroyables bases de données fondamentales qui nous en diront beaucoup sur Vénus et ouvriront la voie à la « Décennie de Vénus » et à toutes les enquêtes passionnantes qui seront discutées dans de très nombreuses missions futures », a déclaré Sue Smrekar, Chercheur en chef de la NASA pour les sciences planétaires.

L’autre mission – DAVINCI -, dont le lancement est prévu en 2030, est composée de deux objets : un observateur primaire et une sonde au sol qui analyseront tous deux l’atmosphère très épaisse de Vénus, extrêmement riche en carbone. La sonde atterrira dans une région de Vénus connue sous le nom de Région Alphaune zone décrite par les experts comme « intimidante » en raison de son élévation d’environ un kilomètre (km) par rapport au relief voisin – la spéculation indique que cela était dû à des plis terrestres résultant d’une forte activité volcanique.

D’une mission à l’autre, cependant, l’ESA lancera (2030) la mission Envision, qui devrait compléter les observations faites par VERITAS avec son propre artefact, cartographiant les régions où la première sonde ne passe pas et créant ainsi une carte plus complète et détaillée. de la surface vénusienne. Cependant, il a également un objectif qui lui est propre : rechercher s’il y a présence de coulées de lave actives sur la deuxième planète du système solaire.

« Nous avons beaucoup à voir avec cette opportunité d’aller sur Vénus », a déclaré Gilmore. « Nous sommes tous très déterminés, je pense, à livrer tout ce que nous pouvons avec cela. »

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !