Le CERN décide de rompre ses relations avec la Russie en raison de la guerre en Ukraine

Le Cern Décide De Rompre Ses Relations Avec La Russie

Abritant le Grand collisionneur de hadrons, le CERN (français pour « Organisation européenne pour la recherche nucléaire ») a décidé de mettre fin à ses relations scientifiques et commerciales avec la Russie, en réponse à l’invasion militaire de l’Ukraine par ce pays – une guerre qui se profile déjà. 15 jours. L’annonce a été faite dans un communiqué publié sur le site officiel de l’organisation.

Le 24 février, le président russe Vladimir Poutine a autorisé une action militaire contre l’Ukraine, justifiant l’invasion de ce pays d’Europe de l’Est comme une réponse à la tentative des États-Unis de l’intégrer à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Le conflit a déjà valu plusieurs sanctions et répudiations à la Russie, venant de plusieurs pays d’Europe et d’Amérique.

Le Large Hadron Collider, installé au CERN, est le plus grand accélérateur de particules au monde, responsable de la confirmation du boson de Higgs, entre autres.  Le CERN a décidé de suspendre les collaborations avec la Russie à ce sujet
Le Large Hadron Collider, installé au CERN, est le plus grand accélérateur de particules au monde, responsable de la confirmation du boson de Higgs, entre autres. Le CERN a décidé de suspendre les collaborations avec la Russie à ce sujet (Image : Belish/)

Dans le cas du CERN, cependant, il y a un facteur aggravant : la structure dispose d’une équipe internationale de chercheurs, qui ont tous accès au Grand collisionneur de hadrons (entre autres, chargé de confirmer le boson de Higgs en physique). Cela inclut les scientifiques russes. À cet égard, le CERN a déjà confirmé que les chercheurs russes n’auront pas besoin de quitter la structure à Genève, en Suisse, et pourront poursuivre leurs travaux normalement.

Cette décision ne s’est toutefois pas faite sans sanctions : au sein du CERN, des scientifiques polonais ont exprimé le souhait de rompre tous les liens et d’éloigner les Russes – environ 1 000 scientifiques sur les plus de 12 000 présents – du site. Bien qu’ils restent, le conseil d’administration du CERN a déclaré que toute collaboration entre la Russie et l’organisation était suspendue et que le statut d’observateur de recherche international des Russes était révoqué jusqu’à nouvel ordre.

Enfin, le communiqué indique que les initiatives de recherche ukrainiennes dans le domaine de la technologie et de l’énergie nucléaires bénéficieront du soutien sans restriction de l’organisation et expriment leur soutien aux citoyens et scientifiques russes qui ont pris position contre la guerre. Aujourd’hui, l’Ukraine compte une quarantaine de scientifiques en poste au CERN.

« Le CERN est né après la Seconde Guerre mondiale pour unir les peuples et les nations dans la poursuite pacifique de la science : cette agression va à l’encontre de tout ce que représente notre organisation. Le CERN continuera à élever ces valeurs de collaboration scientifique sans frontières en tant que mécanisme qui nous mènera à la paix.

L’organisation née en 1954 a un rôle considérablement plus important que la simple recherche scientifique, il convient de le mentionner : depuis sa création, le CERN a servi de « pont » ou de « zone neutre » pour les tensions entre la Russie et l’Occident – en particulier les États-Unis. Cette perception médiatrice n’a jamais été méprisée de part et d’autre, pas même au plus fort de la guerre froide.

La communauté scientifique dans son ensemble a applaudi la décision de l’organisation, qui a mis fin à la déclaration en disant qu’elle continuerait à surveiller la guerre russo-ukrainienne, promettant plus d’action si le conflit s’éternisait.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !