Archéen Maniitsoq: l’une des plus grandes erreurs d’astronomie et de géologie de ces derniers temps

Archéen Maniitsoq: l'une des plus grandes erreurs d'astronomie et de géologie de ces derniers temps

Des scientifiques de l’Université de Waterloo, au Canada, se sont rendus au Groenland pour clarifier ce qui a peut-être été l’une des plus grandes erreurs d’astronomie et de géologie de ces derniers temps, qui a formé le cratère archéen Maniitsoq.

Contrairement à ce que l’on pensait auparavant, le cratère n’a pas été formé par l’impact d’une météorite, mais par des processus géologiques naturels. Le site a été découvert par une autre équipe de chercheurs en 2012 et daté d’au moins trois milliards d’années.

Lire aussi

Les cristaux de zircon sont de petites roches qui préservent les anciens dommages causés par les ondes de choc lorsqu’elles sont touchées par une météorite. «Ce sont comme de petites capsules temporelles», résume le professeur Chris Yakymchuk. Lors de l’analyse des cristaux de l’Archéen Maniitsoq, ils n’ont trouvé aucun dommage de ce type.

Les cristaux de zirconite étaient plus récents qu’on ne l’imaginait. Crédit: Nasa

Les chercheurs ont également constaté que certaines parties des roches avaient fondu et recristallisé dans un processus connu sous le nom de métamorphisme. Cela devrait se produire instantanément si la zone a été touchée par une météorite.

Cependant, l’équipe dirigée par Yakymchuk a noté que ce processus s’est produit au moins 40 millions d’années après la date proposée par le groupe qui a trouvé le cratère en 2012. Malgré la clarification d’un malentendu, les chercheurs ont fini par laisser l’expédition déçus.

«Nous sommes allés là-bas pour explorer la zone à des fins d’exploration minière potentielle et c’était grâce à un examen minutieux de la zone et des données recueillies depuis 2012», a déclaré le chef de l’expédition. « Nous avons conclu que les caractéristiques sont incompatibles avec l’impact d’une météorite ».

Mais malgré la petite déception, Chris Yakymchuk a célébré le fait que la science évolue constamment. «La science consiste à faire progresser les connaissances grâce à des découvertes, et notre compréhension de l’histoire ancienne de la Terre continue d’évoluer», a conclu le professeur.

Via: Phys.org

  • Eléments de géologie - 16e édition du "Pomerol" - Cours, QCM et site compagnon: Cours et site compagnon