James Webb : le télescope a déjà parcouru plus de 80% du chemin jusqu’à sa destination

James Webb : Le Télescope A Déjà Parcouru Plus De

Lancé le 25 décembre, le télescope spatial James Webb a déjà parcouru plus de 80% du trajet jusqu’à sa destination, une orbite autour du point de Lagrange L2 entre la Terre et le Soleil. 278.899 km restants.

Nommés d’après le mathématicien franco-italien Joseph-Louis Lagrange, les points de Lagrange sont cinq points d’équilibre entre deux corps dans l’espace (dans ce cas, la Terre et le Soleil) où les forces gravitationnelles de ces objets annulent l’accélération centripète.

Les objets placés à ces points maintiennent leur position par rapport aux deux corps célestes, ce qui peut être maintenu avec peu d’effort ou de dépense de carburant. Cela en fait des emplacements idéaux pour les satellites et les observatoires spatiaux. Malgré cela, les points L1, L2 et L3 sont instables, c’est-à-dire qu’un objet qui y est stationné doit encore effectuer des corrections d’orbite périodiques pour maintenir sa position.

Illustration d'artiste du télescope spatial James Webb
Illustration d’artiste du télescope spatial James Webb. Crédits : NASA / STScI

Dans le cas de James Webb, cela se fait avec deux propulseurs de fusée alimentés par un mélange d’hydrazine et de tétroxyde de diazote. Cela limite la durée de vie du télescope à son alimentation en carburant : lorsqu’il s’épuise, il ne pourra plus maintenir la position autour de L2.

Heureusement, la NASA a annoncé cette semaine que, grâce à la précision avec laquelle le télescope a été placé en orbite par la fusée européenne Ariane 5, beaucoup moins de carburant que prévu était nécessaire pour les manœuvres de correction de cap. Avec cela, le JWST a assez pour fonctionner pendant 20 ans, et non 10 comme initialement estimé.

Peu de nouvelles, mais beaucoup à faire jusqu’à ce que le JWST commence à fonctionner

Avec le déploiement du miroir primaire du télescope, qui a eu lieu ce week-end, l’étape la plus critique de la « mise en service » de Webb est terminée. Mais cela ne signifie pas qu’il sera prêt à partir une fois qu’il aura atteint L2, qui devrait être vers le 25 janvier.

Une longue période de tests et d’étalonnage sera encore nécessaire avant que l’observatoire puisse commencer sa mission scientifique. Il s’agit d’une phase « plus lente » du processus, contrairement aux journées pleines de nouvelles que nous avons eues jusqu’à présent. C’est ce que rappelle Alexandra Lockwood, membre de l’équipe de communication scientifique du projet Webb au Space Telescope Institute, chargée de son fonctionnement.

« Les mots ne peuvent décrire la fierté et l’émotion que l’équipe Webb ressent en ce moment. Des ingénieurs aux scientifiques, en passant par le personnel informatique, les graphistes et le personnel administratif (et plus encore!), nous sommes tous très heureux des succès incroyables de l’observatoire à ce jour. Bien que nous ayons encore un long chemin à parcourir avant d’obtenir des données scientifiques, les prouesses d’ingénierie qui ont été accomplies, sur Terre et maintenant dans l’espace, sont impressionnantes. Ils témoignent du travail acharné et de l’expérience de l’équipe internationale de Webb », a-t-il déclaré.

« Maintenant que la séquence de déploiement est terminée, nous entrons dans une phase beaucoup plus lente mais délibérée du processus de mise en service. […] La nouveauté et la variété de la science que cet observatoire peut produire nécessitent que des milliers de choses soient vérifiées à l’avance. Mais rassurez-vous, cet été va « bouillir » avec les observations que nous partagerons bientôt !

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur YouTube ? Abonnez-vous à notre chaîne.