James Webb : la NASA annonce que le télescope a du carburant pour 20 ans de fonctionnement

James Webb : La Nasa Annonce Que Le Télescope A

L’agence spatiale américaine (NASA) a estimé que le télescope spatial James Webb (JWST), tel que conçu à l’origine, aurait du carburant (un mélange d’hydrazine et de tétroxyde de diazote) pour fonctionner pendant 10 ans. Ce carburant est utilisé dans le voyage vers sa destination dans l’espace, une orbite autour du point de Lagrange L2 entre le Soleil et la Terre, ainsi que dans les manœuvres utilisées pour maintenir cette orbite pendant son fonctionnement.

Cette « durée de vie » était une estimation, et la portée réelle dépendrait de la quantité de carburant nécessaire pour amener l’observatoire de l’orbite terrestre, où il a été placé par une fusée européenne Ariane 5, au point L2. Plus la fusée était précise en plaçant le télescope dans la bonne position en orbite, moins de carburant serait nécessaire pour corriger sa trajectoire sur le chemin de L2, et plus il en resterait pour le fonctionnement à long terme du JWST.

Quatre jours après le lancement, qui a eu lieu le 25 décembre, la Nasa avait déjà annoncé que grâce à la précision de la fusée Ariane 5, moins de carburant était nécessaire que prévu pour les manœuvres de correction de cap, et que le JWST pourrait fonctionner pendant « beaucoup plus longtemps.  » que prévu. Mais c’est combien ?

Le mystère a été révélé samedi dernier (8) : selon Mike Menzel, ingénieur système de mission pour le télescope Webb, le JWST dispose de carburant pour 20 ans de fonctionnement, soit deux fois plus qu’initialement prévu. Cela permettra à la NASA d’annuler les plans d’une mission de réapprovisionnement coûteuse et risquée qui était envisagée pour l’avenir.

Les bonnes performances de la fusée n’étaient pas un accident. Dans une interview avec The Interplanetary Podcast, le responsable du programme Ariane 5, Ruedegar Albat, a déclaré que bien que les fusées soient interchangeables, les techniciens et les ingénieurs savent quels composants sont utilisés dans chacune d’elles et se sont assurés de choisir « le meilleur du meilleur ». » pour la sortie de James Webb.

Fusée Ariane 5, transportant le télescope spatial James Webb, sur la rampe de lancement à Kourou, en Guyane française, le 23 décembre 2021. (Crédit image : ESA - S. Corvaja)
Fusée Ariane 5, transportant le télescope spatial James Webb, sur la rampe de lancement de Kourou, en Guyane française, le 23 décembre 2021. (Crédit image : ESA – S. Corvaja)

D’après Albat, le propulseur « Vulcain 2 » retenu est celui qui s’est démarqué lors des tests par sa précision. « C’était l’un des meilleurs propulseurs Vulcain que nous ayons jamais construits », a-t-il déclaré. « Il a une performance très précise. Ce serait un crime de ne pas l’utiliser. Le même raisonnement a été appliqué aux boosters à semi-conducteurs (SRB, Solid Rocket Boosters) qui assistent la fusée dans la montée.

Samedi dernier (8) la NASA a annoncé le déploiement du miroir primaire de James Webb. Avec cela, l’assemblage du télescope dans l’espace est terminé, restant les tests et l’étalonnage, qui seront effectués au cours des cinq prochains mois et demi avant qu’il ne puisse commencer ses observations scientifiques.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !