Le vaisseau SN20 tire à nouveau dans un nouveau test de tir statique

Le Vaisseau Sn20 Tire à Nouveau Dans Un Nouveau Test

En attendant l’approbation environnementale de l’Autorité de l’aviation civile des États-Unis, SpaceX a de nouveau démarré les moteurs du Starship SN20, faisant passer – avec succès – un autre test de tir statique à l’orbiteur.

Ce type de test concerne l’ensemble du processus d’allumage du véhicule évalué, à l’exception de la chute d’air. En gros, l’explosion des moteurs se produit normalement, mais le véhicule ne quitte pas le sol.

Lire aussi

Le vaisseau SN20 (Numéro de série 20) est le prototype le plus avancé du vaisseau spatial de classe orbitale de la société Elon Musk. C’est elle qui doit effectuer le premier vol d’essai officiel de la ligne Starship, afin de s’assurer que le véhicule tient ce qu’il a toujours promis : effectuer des voyages de longue distance à travers l’espace et revenir sur Terre.

Musk anticipait même le désir d’effectuer ce test depuis au moins juin de cette année, cependant, des complications liées aux licences environnementales ont fini par retarder le processus. Promettant enfin un lancement « d’ici la fin 2021 » puis « entre janvier et février 2022 », SpaceX a été contraint de reporter une nouvelle fois l’occasion, au moins au mois d’avril, en raison de retards de procédure à l’Administration fédérale de l’aviation américaine.

Le test le plus récent a peut-être impliqué les six moteurs de propulsion Raptor couplés au vaisseau spatial, bien que SpaceX n’ait pas encore confirmé les détails techniques. Pour l’instant, la société est restée silencieuse, il n’y a donc toujours pas d’informations sur les quantifications de force ou d’autres détails numériques. Il convient de rappeler qu’en novembre de cette année, le Starship SN20 a subi un précédent test de tir statique, confirmé avec les six moteurs Raptor activés.

Le vaisseau spatial se compose de deux ensembles – tous deux destinés à être entièrement réutilisables : la fusée massive Super Heavy et l’orbiteur qui donne son nom au projet. L’idée est de développer un système de transport de fret – équipage et/ou ressources – vers la Lune, Mars et au-delà.

Les prototypes précédents de Starship ont déjà volé et atterri (et explosé) auparavant, mais jamais en caractère orbital : le vol le plus élevé était d’environ 10 kilomètres (km) de haut. De plus, toutes les versions précédentes ont été réalisées avec moins de propulseurs Raptor (en moyenne, trois moteurs sur six ont été tirés) et aucun d’entre eux n’était accompagné du Super Heavy.

SpaceX indique que tout ce qui reste pour exécuter le premier test complet est du côté de la FAA, et qu’une fois le premier test exécuté, tous les autres peuvent être effectués en séquences rapides. Dans le cas du SN20, le Super Heavy le mettra en orbite et atterrira dans le golfe du Mexique quelques minutes après son lancement, tandis que le vaisseau spatial lui-même se dirigera vers l’espace puis retombera en mer près de l’île de Kauai, à Hawaï.

J’ai regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !