Parce que la variante Omicron ne devrait pas être autorisée à circuler même si elle était douce

Parce Que La Variante Omicron Ne Devrait Pas être Autorisée

La variante Omicron semblerait déclencher des symptômes plus légers, mais la laisser circuler librement serait toujours une erreur. Un scientifique explique pourquoi.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Des recherches récemment publiées par des scientifiques de nference Lab ont révélé que la variante Omicron (B.1.1.529) du coronavirus SARS-CoV-2 peut avoir acquis du matériel génétique à partir d’un virus du rhume par le processus de recombinaison. Cet événement se serait produit chez un patient immunodéprimé infecté simultanément par les deux agents pathogènes, qui comme en témoignent les investigations précédentes sont capables de co-infecter nos cellules respiratoires et gastro-intestinales. L’acquisition de ce « morceau » de virus du rhume, en particulier une séquence nucléotidique qui code pour la mutation d’insertion appelée « ins214EPE », pourrait expliquer pourquoi la variante Omicron – pour le moment – ne semble provoquer que des symptômes bénins. Ce n’est pas un hasard si certains scientifiques, comme le professeur Matteo Bassetti, directeur de la clinique des maladies infectieuses de la polyclinique San Martino de Gênes, suggèrent que ce qui a été détecté dans la variante Omicron pourrait être un signal d’affaiblissement du virus. Sur les réseaux sociaux en revanche, le sens de l’étude a été déformé et exploité, certains soulignant que le COVID-19 « a toujours été un rhume » – alimentant le récit novax et denier – et d’autres qui se sont lancés dans des propositions un peu trop risquées , comme laisser la variante Omicron circuler librement si cela devait vraiment conduire à une maladie plus bénigne.

Pour expliquer pourquoi ce serait une erreur, c’est le professeur Enrico Bucci, biologiste, professeur de biochimie et de biologie moléculaire à la prestigieuse Université Temple de Philadelphie. Le scientifique, dans un post sur Facebook, a souligné que « si une variante est plus contagieuse qu’une autre, et que nous la laissons circuler librement, peu importe à quel point elle est cliniquement plus bénigne : après une période initiale, les hospitalisations (et les décès) procurées par le nouveau variant ils dépasseront largement ceux du variant moins transmissible et plus pathogène ». En termes simples, même s’il entraîne généralement des symptômes plus légers, en raison de la transmissibilité très remarquable – estimée jusqu’à 500 % plus élevée que le virus de Wuhan d’origine -, si nous ne le combattons pas, cela nous conduirait à une pression dramatique sur les systèmes de santé, l’élément central derrière les fermetures, les restrictions et les blocages notoires. Mais comment un tel désastre est-il possible si la variante Omicron était vraiment moins agressive ? Tout dépend de la « loi des grands nombres ».

Le professeur Bucci a expliqué cela avec un graphique clair et élégant, dans lequel il a comparé une nouvelle variante hypothétique appelée « plus douce » (moins agressive) avec une variante déjà en circulation et plus dangereuse. Dans l’exemple posté par le scientifique, la nouvelle variante « a un taux de double infection et un taux d’hospitalisation égal au millième de celui d’origine ». Les deux courbes partent d’un seul sujet infecté. Le résultat, comme le montre le graphique, est dramatique pour la variante la plus transmissible mais la moins « mauvaise », en raison du nombre énorme de personnes supplémentaires qu’elle parvient à infecter. « Cela signifie que, bien que chaque individu risque 1000 fois moins de se retrouver à l’hôpital, en raison des propriétés des exponentielles, nous aurons bientôt un nombre beaucoup plus élevé d’individus à l’hôpital avec la variante » faible « mais plus infectieuse; nous aurons donc à nouveau un gros problème de santé publique », a expliqué le professeur Bucci. « C’est pourquoi, dans l’attente d’une compréhension sur la base des données, il est bon de comprendre que laisser circuler librement un variant très infectieux ne serait de toute façon pas une bonne idée », a ajouté l’expert.

À l’heure actuelle, en fait, le nombre de personnes infectées par la variante Omicron est encore trop faible pour savoir si et dans quelle mesure elle est réellement plus douce que la variante Delta, celle qui mène actuellement la quatrième vague d’infections. Comme l’a souligné le professeur Bucci, « pour avoir un profil plus bénin, les symptômes doivent changer – c’est-à-dire que ceux qui tombent malades ont des symptômes bénins. Il ne suffit pas que la probabilité d’avoir des symptômes graves diminue ». En pratique, les symptômes bénins devraient concerner tout le monde et pas seulement une partie (même infime) des personnes infectées. « Le problème, c’est l’ambiguïté du terme ‘léger’ : si l’on veut simplement dire que la probabilité d’avoir des symptômes graves est plus faible, il n’y a pas de quoi se réjouir si la variante est plus répandue. Si, en revanche, on entend par « léger » que non pas la probabilité, mais le type de symptômes change et devient moins sévère, alors les choses iront bien », a commenté l’expert. « Donc, conclut le professeur Bucci, ce qui compte vraiment, c’est de comprendre si cette nouvelle variante est capable ou non de provoquer des cas graves et des décès ; et pour cela, comme d’habitude, nous devons attendre un certain temps, surtout si leur probabilité est plus faible ».

Jusqu’à ce que nous soyons sûrs que la variante Omicron provoque effectivement des symptômes bénins dans l’ensemble de la population infectée, il sera donc essentiel de continuer à suivre les recommandations des experts : se faire vacciner, porter des masques si nécessaire, pratiquer la distanciation sociale et prendre soin de l’hygiène des mains . , avec de l’eau et du savon ou un gel hydroalcoolique. D’autant plus si l’on considère que la variante Omicron semble avoir une capacité importante à échapper aux défenses immunitaires : pour l’instant il n’y a des données que relatives aux récupérés (les données en Afrique du Sud indiquent un taux de réinfection 2,4 fois plus élevé que Beta et Delta ); dans quelques jours arriveront également les résultats des tests de neutralisation effectués sur les échantillons de sang des vaccinés à 2 et 3 doses, qui indiqueront si la fuite immunitaire est également déterminée chez ceux qui ont reçu le vaccin. S’il est confirmé, les principales sociétés pharmaceutiques travaillent déjà sur une mise à jour du vaccin, qui cependant, même à l’heure actuelle, resterait toujours protecteur contre la forme sévère de COVID-19, comme l’a supposé le PDG de BioNTech Ugur Sahin.