Science

L’Inde révise le calendrier de son programme spatial habité

Par Pierre, le 24 février 2021 — chine, covid, espace, états-unis, pandémie — 2 minutes de lecture
L'Inde révise le calendrier de son programme spatial habité

L’Agence spatiale indienne (ISRO) a révisé le calendrier de son programme spatial habité, citant les retards causés par la pandémie de Covid-19. La première mission était initialement prévue pour août 2022, pour coïncider avec les célébrations du 75e anniversaire de l’indépendance du pays.

Avec le nouveau calendrier, l’ISRO prévoit de réaliser un premier test sans pilote plus tard cette année, en utilisant la fusée GSLV Mark III (Geosynchronous Satellite Launch Vehicle Mark III) et un étage supérieur compatible avec le module habité Gaganyaan, avec un système d’échappement pour les astronautes.

Selon K Sivan, directeur de l’agence, un deuxième test sans pilote sera effectué entre 2022 et 2023. Ce n’est qu’alors que le pays lancera une mission habitée, embarquant trois astronautes déjà en formation en Russie, ainsi qu’un quatrième astronaute qui servira de sauvegarde.

Actuellement, seuls la Russie, les États-Unis et la Chine ont la capacité d’envoyer des astronautes dans l’espace. L’Inde a la capacité de lancer des satellites et des sondes spatiales, et le fait avec une certaine régularité. Fin février, l’ISRO lancera le premier satellite 100% brésilien d’observation terrestre, à bord d’une fusée PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle).

Lancement de la mission PSLV-C50 depuis le centre spatial Satish Dhawan à Sriharikota, Inde. Vidéo: ISRO

Le département spatial du gouvernement indien a récemment lancé un aperçu public de sa «politique pour les humains dans l’espace», sollicitant des commentaires et des suggestions avant l’approbation du gouvernement.

Selon le document, la politique «vise une présence durable dans l’espace en tant qu’instrument de développement, d’innovation et de promotion de collaborations alignées sur les intérêts nationaux». Le département espère «établir un calendrier à long terme pour une présence humaine soutenue en orbite basse et pour mener des missions d’exploration au-delà de l’orbite basse».

Parmi les technologies nécessaires pour atteindre cet objectif figurent les systèmes de survie régénératifs, les technologies de rencontre et d’amarrage des vaisseaux spatiaux, les habitats gonflables et le développement de costumes pour les activités extravéhiculaires, les «promenades dans l’espace».

La source: Space.com

Pierre

Pierre

“Parce que la science nous balance sa science, science sans conscience égale science de l’inconscience.” Derrière cette phrase qui vous a sans doute fait un nœud au cerveau, je vous promets de vulgariser au possible les sujets que je traite. La vulgarisation est la clé du partage et vous êtes au bon endroit.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.