Une planète dont l’année ne dure que 16 heures peut nous aider à comprendre comment les planètes meurent

Une Planète Dont L'année Ne Dure Que 16 Heures Peut

La mission Satellite d’étude des exoplanètes en transit (ou simplement TES), dirigé par la NASA sous la coordination du Massachusetts Institute of Technology (MIT), a découvert une planète qui ne met que 16 heures pour tourner autour de son étoile, spéculant effectivement qu’elle est sur le point d’être avalée par l’étoile.

Nommée « TOI-2109b », l’exoplanète est une géante gazeuse environ cinq fois la masse de Jupiter, mais contrairement à notre « poids lourd » – dont l’orbite dure environ 12 années terrestres, le corps planétaire nouvellement découvert est si rapide qu’il tourne une année entière en moins de temps que nous ne le faisons par jour.

Lire aussi

L'illustration montre à quoi ressemblerait un Jupiter chaud, une exoplanète gazeuse avec une température élevée et la proximité de son étoile
Le « Jupiter chaud » TOI-2109b est une planète avec une orbite si rapide que son « année » ne dure que 16 heures, intriguant les scientifiques qui spéculent qu’elle est en « fin de vie » (Image : Dotted Yeti/)

TOI-2109b est classé comme ce que les scientifiques appellent « Hot Jupiter » – un type d’exoplanète de nature gazeuse mais qui a des orbites accélérées et des températures incroyablement élevées – dans ce cas, nous parlons d’environ 6 000 ° F (Fahrenheit), ce qui donne un peu plus de 3 300 ºC (Celsius), ce qui fait du TOI-2109b le deuxième plus chaud jamais détecté (le plus chaud, par curiosité, est le KELT 9B, avec une température obscène de 4 315 °C).

La vitesse à laquelle il se déplace sur son orbite, cependant, est le point le plus intéressant ici : à en juger par le temps d’un an passé dessus, les scientifiques pensent que TOI-2109b est dans un état de « désintégration orbitale » – un moment à la fin de vie d’un corps planétaire où son orbite accélérée indique qu’il se rapproche de plus en plus de son étoile.

Dans ce cas, on pense que le TOI-2109b doit littéralement « entrer » dans son étoile entre cinq et 10 millions d’années – un délai très court étant donné que presque tout dans l’espace fonctionne avec des horodatages de l’ordre de milliards d’années. .

« Dans un an ou deux, si nous avons de la chance, nous pourrons peut-être détecter comment la planète s’est rapprochée de son étoile », a déclaré Ian Wong, récent boursier postdoctoral du MIT, boursier du Goddard Space Flight Center de la NASA et co-auteur. de papier avec les détails de la découverte de la planète.

« Dans notre vie humaine, nous n’allons pas voir la planète engloutir par son étoile. Mais donnez-lui environ 10 millions d’années, et il pourrait ne plus être là », a-t-il commenté. Compte tenu de sa nature finie, TOI-2109b peut nous aider à comprendre une question relativement insaisissable : comment les planètes meurent-elles ?

L’étoile qu’elle transite – elle s’appelle « TOI-2109 » (sans le « b ») – a commencé à être observée par le satellite TESS en mai 2020. Située dans la constellation d’Hercule, à 855 années-lumière de la Terre, l’étoile qu’elle le « 2109e objet d’intérêt » du vaisseau de la NASA – d’où son nom.

Au cours du mois suivant, l’étoile a été surveillée pour les fluctuations de sa luminosité : de brefs changements dans ce pilier sont des signes du passage d’une planète dans sa région. Après des changements répétés, les opérateurs de satellites ont pu confirmer que l’étoile héberge un « objet » qui la traverse toutes les 16 heures.

Après que plusieurs astronomes et télescopes ont analysé la découverte par une série de fréquences différenciées, la communauté scientifique a confirmé qu’il s’agissait d’une planète – une planète qui n’est « qu’à » 2,4 millions de kilomètres (km) de son étoile. A titre de comparaison, Mercure, la planète la plus proche de notre Soleil, est à près de 58 millions de km de l’étoile.

Un autre point intéressant de la découverte est le fait que le TOI-2109b semble avoir sa rotation verrouillée – autrement dit, contrairement à la Terre, dont le cycle jour et nuit varie selon la rotation de son axe (nuit au Brésil, jour au Japon et vice versa), ce « Jupiter chaud » a un cycle perpétuellement bloqué. En d’autres termes, la nuit et le jour ne changent pas, tout comme la Lune par rapport à la Terre. Evidemment, cela se traduit par des températures très élevées côté « jour ».

« Dans le même temps, la luminosité du côté nuit de la planète est inférieure à l’étalonnage plus sensible du satellite TESS, ce qui soulève des questions sur ce qui se passe réellement dans cette partie », a déclaré Avi Shporer, astrophysicien au MIT et co- auteur de l’étude. « Ce serait la température là-bas trop froide [tal qual a nossa Lua]? Ou est-ce que la planète effectue d’une manière ou d’une autre un transfert de chaleur du côté jour vers le côté nuit ? Nous sommes au début du processus pour trouver des réponses sur ces planètes très chaudes. »

« planètes « ultra-chaudes » [sic] comme TOI-2103b constituent une classe secondaire très extrême d’exoplanètes », a déclaré Wong. « Nous commençons tout juste à comprendre certaines des propriétés physiques et chimiques qui se produisent dans leurs atmosphères – des processus que notre propre système solaire n’a pas d’égal. »

On s’attend à ce que le TOI-2109b soit observé avec des outils plus puissants, tels que les télescopes spatiaux Hubble et James Webb – ce dernier avec le lancement récemment reporté – afin que le plus grand niveau de détail nous permette de mieux comprendre les processus qui ont eu lieu à l’intérieur et autour de ces planètes et systèmes.

ô papier a été publié dans le dernier numéro de Journal astronomique.

J’ai regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !

  • Et que ne durent que les moments doux (Littérature Française)