La Russie minimise l’explosion d’un satellite et déclare que l’épave ne présente aucun risque pour l’ISS

La Russie Minimise L'explosion D'un Satellite Et Déclare Que L'épave

Après que la Russie a fait exploser un satellite désactivé et en a jeté plus de 1 500 morceaux vers la Station spatiale internationale (ISS) et d’autres activités spatiales, l’administrateur général de la NASA, Bill Nelson, a déclaré que l’attitude du gouvernement de Vladimir Poutine était « impensable » et « risquée ».

Peu de temps après, le ministère russe de la Défense a répondu au commentaire de l’Américain, en gros, avec ce qui est probablement une version pompeuse de l’expression « faites partie, détendez-vous » :

Lire aussi

L'image montre la Station spatiale internationale, avec la Terre et le Soleil en arrière-plan

En raison d’un test militaire effectué par la Russie, l’équipage de la Station spatiale internationale (photo) a été contraint de se réfugier dans leurs navires respectifs. Le gouvernement de Vladimir Poutine a minimisé les alertes de risque (Image : NASA/Courtoisie)

Sur le site officiel du ministère, un communiqué signé par le ministre Sergueï Choïgou a déclaré que « le test du système anti-satellite a été un succès », affirmant que l’initiative est  » tournée vers l’avenir « . Shoigu a également souligné que « les fragments résultants ne représentent aucune menace pour les activités spatiales ».

Dans le même temps, une deuxième déclaration, publiée par l’agence spatiale russe Roscosmos, déclare : « Des dizaines de vols conjoints depuis l’ancienne station spatiale Mir et l’ISS ont créé des conditions fiables pour une collaboration internationale, même dans les situations les plus complexes. Assurer la sécurité des équipages a toujours été et reste notre priorité absolue. »

Les deux communiqués étaient une réponse directe à Nelson, qui a déclaré lundi (15 mai) : « Il est incroyable de penser que la Russie met en danger non seulement les partenaires américains et internationaux de l’ISS, mais aussi ses propres cosmonautes. » se référant à Oleg Novitskiy et Piotr Dubrov, qui vivent à la gare.

L’essai évoqué par le ministre Choïgou fait référence à un nouveau système de lancement de missiles militaires, dont l’armée russe a tiré sur un satellite déclassé – c’est-à-dire désactivé depuis longtemps – détruisant l’objet. Le nuage de débris s’est retrouvé à proximité immédiate de l’ISS, obligeant ses locataires à se réfugier dans leurs embarcations respectives d’arrivée et de départ – procédure de sécurité standard en cas d’urgence.

La situation houleuse semble se calmer : Dmitry Rogozin, directeur administratif de Roscosmos, a déclaré avoir parlé à Nelson par téléphone ce mardi (16) : « J’ai eu une conversation téléphonique détaillée avec le chef de l’administration de la NASA, le sénateur Nelson. Les parties ont déclaré [que está] d’accord. Bref, nous avançons, assurons la sécurité de nos équipages sur l’ISS, faisons des plans communs », a commenté l’administrateur russe sur son profil Twitter.

J’ai regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !