Le retour de l’homme sur la Lune reporté à 2025 en raison d’un procès : l’annonce de la Nasa

Le Retour De L'homme Sur La Lune Reporté à 2025

La mission Artemis 3 de la NASA, celle qui amènera la première femme et le premier Noir sur la Lune, en plus de sanctionner le retour de l’être humain sur le satellite plus de 50 ans après le programme Apollo, a été officiellement reportée à « no avant 2025″. Le report dû au procès intenté par Blue Origin de Jeff Bezos pour l’affectation du nouveau module lunaire à SpaceX d’Elon Musk, mais aussi pour la pandémie et les problèmes avec les nouvelles combinaisons spatiales.

La navette Orion. Crédit : NASA

Bill Nelson, l’administrateur de la NASA, a annoncé lors d’une conférence de presse que l’homme ne retournera sur la Lune « pas avant 2025 ». Cela signifie que le programme initial de la mission Artemis a été officiellement sauté, dont le calendrier établi sous l’administration Trump prévoyait l’atterrissage sur le régolithe lunaire d’ici 2024. Les raisons de ce décalage sont différentes, mais la plus impactante en était certainement la cause. L’action fédérale fédérale Blue Origin de Bezos contre la NASA, après la mission d’Elon Musk de construire le nouvel atterrisseur d’alunissage SpaceX. Le procès, qui a retenu les travaux pendant un certain temps, a été définitivement clos le 4 novembre – laissant le contrat du Human Landing System (HLS) entre les mains de SpaceX – ; cela a permis à l’agence aérospatiale américaine de planifier la nouvelle feuille de route qui a remplacé l’ancienne.

« L’objectif de l’administration Trump d’un atterrissage humain en 2024 n’était pas basé sur la faisabilité technique », a déclaré Nelson dans son discours, tel que rapporté par Space.com. À la suite de la décision du tribunal, la NASA a immédiatement contacté la présidente et chef de l’exploitation de SpaceX, Gwynne Shotwell, pour définir les prochaines étapes. Cependant, Nelson a souligné que les deux équipes ont besoin de plus de temps pour travailler sur le projet avant de pouvoir définir en détail le calendrier des lancements. C’est pourquoi on a parlé d’un générique « pas avant 2025 ». Pour peser sur ce retard, outre la cause susmentionnée, également l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le flux de travail et les problèmes rencontrés avec les nouvelles et très coûteuses combinaisons spatiales de dernière génération, les xEMU, qui selon un rapport de la NASA Le Bureau de l’inspecteur général (OIG) ne sera pas prêt avant avril 2025. À ce jour, le développement des combinaisons – qui a commencé il y a 14 ans – a été dépensé jusqu’à 420 millions de dollars, mais on estime qu’au moment où ils seront prêts L’investissement total sera de 1 milliard de dollars.

Malgré la « douche froide » due au dérapage de l’alunissage, qui amènera la première femme et la première personne noire sur le satellite terrestre, l’administrateur de la NASA a néanmoins publié plusieurs autres indications sur la nouvelle feuille de route d’Artemis. Pour février 2022, par exemple, le vol orbital (non habité) autour de la Lune de la navette spatiale Orion, celle qui transportera les astronautes, est confirmé. Récemment, le vaisseau spatial a été monté sur le colossal lanceur de fusées Space Launch System (SLS), le plus grand et le plus puissant jamais créé ; pour la NASA, c’était une étape importante vers Artemis 1, qui ne devrait pas être retardée. Artemis 2, la mission qui mettra le premier équipage humain en orbite autour de la Lune, subira également un décalage, de 2023 à 2024, probablement en mai, comme le précise Nelson. L’aspect intéressant de cette mission est que l’équipage sera emmené sur une orbite d’environ 40 000 kilomètres plus loin que celle des missions Apollo ; cela signifie que l’homme arrivera au point le plus éloigné jamais atteint dans l’espace. Pour Artemis 3, la mission du premier alunissage, comme indiqué, devra attendre au moins 2025.