La NASA commence à allumer les instruments de Lucy

La Nasa Commence à Allumer Les Instruments De Lucy

Dans une mise à jour publiée vendredi dernier (5), la NASA a déclaré qu’elle avait réussi à activer certains des instruments de Lucy, tels que le spectromètre thermique L’Tess et la caméra spectrale L’Ralph, et qu’ils fonctionnaient normalement. Un autre instrument, la caméra L’Lorri, serait allumé ce lundi soir (8).

Quant aux panneaux solaires, ils sont étudiés par l’équipe mixte de réponse aux anomalies à l’aide d’un modèle d’ingénierie. Les tests initiaux indiquent qu’un cordon qui tire le panneau solaire dans sa position finale n’a peut-être pas été tiré avec succès ; cependant, on ne sait pas ce qui a causé cette condition. L’équipe effectue des tests supplémentaires pour déterminer si c’est effectivement le cas et quelle pourrait en être la cause première.

Une nouvelle tentative de déplacement des panneaux n’aura lieu que le 16 novembre. L’équipe d’intervention poursuit son analyse de l’utilisation du panneau solaire dans sa configuration actuelle et de la manière dont cela pourrait affecter les manœuvres à venir du vaisseau spatial.

Sonde de mission Lucy
Le vaisseau spatial Lucy, pendant la préparation du hangar avant le lancement. Crédit : Lockheed Martin

De petites manœuvres ont été effectuées avec succès

Le 27 octobre, la NASA a publié un rapport selon lequel le vaisseau spatial avait effectué avec succès plusieurs petites manœuvres prévues, sans effets néfastes sur le tableau de bord, qui n’est pas complètement déployé. Le 28, le vaisseau spatial a été pointé vers la Terre en vue de la vérification des instruments.

Le 26, la position du vaisseau spatial avait déjà été ajustée afin que les ingénieurs puissent mesurer la quantité de courant électrique qui traverse le panneau à problèmes et comprendre son étendue. Selon les analyses, il se situe entre 75 % et 95 % de la position attendue, et est maintenu en position par un câble conçu pour faciliter son déploiement.

La NASA dit qu’elle envisage plusieurs approches du problème, notamment en laissant le panneau solaire tel quel. Une tentative de déploiement complet ne devrait pas avoir lieu avant le 16 novembre. Tous les autres systèmes spatiaux fonctionnent correctement.

Le problème de Lucy inquiète les ingénieurs depuis près de deux semaines

Dans un communiqué il y a environ une semaine, l’agence a annoncé que ses ingénieurs continuaient d’étudier le problème avec l’un des panneaux solaires du vaisseau spatial, conçu pour une mission de 12 ans afin de rechercher des informations sur la formation du système solaire.

Le 18 octobre, l’agence a rapporté qu’un seul des deux immenses panneaux solaires du vaisseau spatial, mesurant chacun plus de 7 mètres de diamètre, s’était complètement déplié et « verrouillé » en position. Malgré cela, le panneau « défectueux » générait presque la quantité d’énergie attendue en fonctionnement normal, ce qui est suffisant pour maintenir le vaisseau spatial « en bonne santé et en fonctionnement ».

Le vaisseau spatial est passé du « mode sans échec » au « mode croisière » le 19 octobre. Ce mode lui donne plus d’autonomie et provoque des changements de configuration qui seront nécessaires au fur et à mesure qu’elle s’éloigne de notre planète.

Lucy a réussi à mettre ses propulseurs sous tension et continuera d’effectuer en toute sécurité des manœuvres de désaturation – de petits tirs de rappel pour contrôler son élan – comme prévu. L’équipe des opérations de la mission a temporairement reporté le déploiement d’une plate-forme d’instruments pour se concentrer sur la résolution du problème des panneaux solaires. Les autres activités post-lancement prévues continuent de se dérouler comme prévu.

La fusée Atlas V de la United Launch Alliance (ULA) a placé le vaisseau spatial précisément «sur la cible» dans l’espace, de sorte qu’une manœuvre de correction de trajectoire appelée Trajectory Correction Maneuver 1 (TCM-1) ne sera pas nécessaire et a été annulée. En conséquence, la première manœuvre de correction sera le TCM-2, prévu pour la mi-décembre.

Lucy a un long chemin à parcourir et visitera 8 astéroïdes au total. L’un d’eux se trouve dans la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter et les sept autres sont des astéroïdes « troyens » qui partagent leur orbite avec la géante gazeuse. Selon la NASA, ces astéroïdes sont en fait des « restes » de la formation du système solaire, en tant que « fossiles » planétaires, et peuvent contenir des informations précieuses sur l’origine de la Terre et d’autres planètes.

Le nom sur le vaisseau spatial rend hommage au célèbre fossile de Lucy, découvert dans les années 1970 en Éthiopie, le plus ancien ancêtre de la race humaine jamais trouvé. La NASA espère que les découvertes faites sur les astéroïdes troyens seront aussi importantes pour l’astronomie que celles faites par la première Lucy pour notre biologie.

J’ai regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !

  • Les Instruments. Vol 2 • 6 Sons à Écouter, 6 Images à Regarder • Livre Sonore dès 1 an