Science

Les scientifiques récupèrent le son d’un instrument de l’âge de pierre; Ecoutez

Par Pierre, le 14 février 2021 — france — 3 minutes de lecture
Thumbnail

Pour la première fois depuis plus de 18 000 ans, un instrument de musique de l’âge de pierre a de nouveau été entendu. Un do, un ré et un do aigus résonnaient de ce que les archéologues ont déjà déterminé comme la coque modifiée comme étant le plus ancien instrument à vent jamais découvert.

Trouvé pour la première fois en 1931, dans la grotte de Marsoulas, située au pied des Pyrénées françaises, le coquillage a d’abord été traité comme une coupe d’apparat. Les archéologues de l’époque n’ont remarqué aucun changement notable apporté par des mains humaines.

Près de 80 ans après sa découverte, la coquille a été étudiée par une équipe pluridisciplinaire du Centre national de la recherche scientifique en France. Grâce à des techniques d’imagerie avancées, les chercheurs ont réalisé que l’objet avait été soigneusement modifié pour installer un embout buccal. Les scientifiques ont révélé à quoi cela ressemble dans une étude publiée dans la revue Progrès scientifiques.

La grotte de Marsoulas possédait plusieurs objets qui témoignent du début de la culture dans la région à la fin du dernier maximum glaciaire, il y a environ 20 000 ans. La grosse coquille de Charonia lampas (un escargot de mer), à la pointe cassée, est passée inaperçue lors de sa découverte. Cependant, comme la pointe est la partie la plus dure de l’écorce, les chercheurs ont soupçonné que la rupture n’était pas accidentelle.

La première datation au carbone 14 de la grotte, réalisée sur un morceau de charbon et un fragment d’os d’ours, a fourni une date d’environ 18 000 ans. En utilisant des techniques de photogrammétrie pour mettre en évidence les modifications extérieures qui ne sont pas facilement visibles à l’œil nu, les scientifiques ont trouvé des traces d’une substance organique brune, probablement une résine ou une cire, qui aurait pu être utilisée comme adhésif pour fixer un embout buccal.

La coquille trouvée en France mesure 31 cm de haut, 18 cm de diamètre (au point le plus large) et jusqu’à 0,8 cm d’épaisseur. Image: Carole Fritz / CNRS

À l’aide de tomodensitogrammes, les chercheurs ont trouvé deux trous supplémentaires à l’intérieur de la coque – probablement pour accueillir la longue extension du tube de la buse. Enfin, l’objet a été décoré d’un pigment rouge, l’hématite, caractéristique de la région.

Pour confirmer l’hypothèse que cette coquille était utilisée pour produire des sons, les scientifiques ont compté sur l’aide d’un joueur de cor, qui a réussi à produire trois sons proches des notes do, do dièse et ré. Les impressions 3D de la coque vous permettront d’explorer l’objet encore plus profondément et de voir s’il peut être utilisé pour produire d’autres notes.

«Partout dans le monde, les coquillages ont servi d’instruments de musique, de dispositifs de signalisation et d’objets sacrés ou magiques, selon les cultures», écrivent les auteurs de l’étude. «À notre connaissance, la coquille de Marsoulas est unique dans le contexte préhistorique, non seulement en France, mais à l’échelle paléolithique de l’Europe et peut-être du monde», complètent-ils.

Via: CNRS (Phys.org)

Pierre

Pierre

“Parce que la science nous balance sa science, science sans conscience égale science de l’inconscience.” Derrière cette phrase qui vous a sans doute fait un nœud au cerveau, je vous promets de vulgariser au possible les sujets que je traite. La vulgarisation est la clé du partage et vous êtes au bon endroit.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.