Science

Un projet financé par Bill Gates propose de bloquer le soleil avec de la poussière

Par Pierre, le 5 février 2021 — simpsons — 3 minutes de lecture
Thumbnail

Dans l’épisode « Who Shot Mr. Burns? », Qui termine la sixième saison de « The Simpsons », le propriétaire de la centrale nucléaire et le patron d’Homer projettent de se couvrir le soleil, afin que les habitants de Springfield consomment plus d’électricité. Désormais, un projet financé par Bill Gates propose de faire de même, mais en utilisant de la poussière et pour contenir le réchauffement climatique. Le dessin a-t-il encore une fois prédit l’avenir?

L’expérience de perturbation stratosphérique contrôlée, ou SCoPEx, a été créée par des scientifiques de l’Université de Harvard et suggère de pulvériser l’atmosphère avec de la poussière de carbonate de calcium (CaCO3). Cet aérosol refléterait les rayons du soleil, compensant les effets du changement climatique.

La motivation et la technique sont différentes, mais SCoPEx, avec le soutien de Bill Gates, et M. Burns ont le même objectif: couvrir le soleil. Image: Fox / Reproduction

Le projet est resté immobile pendant quelques années, au milieu d’une controverse sur son impact (jusqu’ici imprévisible) et les changements extrêmes possibles dans les modèles météorologiques de la planète. Les écologistes craignent toujours que la stratégie d’atténuation serve de stimulant pour continuer à émettre des gaz à effet de serre avec peu ou pas de changement dans les modes de consommation et de production actuels.

Certaines de ces questions pourront commencer à trouver une réponse en juin, lorsque SCoPEx effectuera un test près de la ville de Kiruna, en Suède. La Société spatiale suédoise lancera un ballon transportant un équipement scientifique de 20 km de haut qui servira de pilote pour une deuxième expérience, celle-ci, qui rejettera une petite quantité de poussière de CaCO3 dans l’atmosphère.

Le ballon SCoPEx testera les effets du carbonate de calcium dans l’atmosphère. Image: SCoPEx / Divulgation

L’un des chercheurs qui a proposé SCoPEx dans un article publié en 2017, David Keith, reconnaît les «nombreuses préoccupations réelles» de la géo-ingénierie solaire. Professeur de physique appliquée et de politique publique à l’Université de Harvard, il dit que personne ne sait ce qui se passera jusqu’à ce que le CaCO3 soit libéré puis étudié.

Keith et d’autres scientifiques suggèrent dans l’étude que la poussière peut en fait reconstituer la couche d’ozone en réagissant avec des molécules qui détruisent le composé. La quantité exacte de CaCO3 nécessaire pour refroidir la planète est cependant inconnue. Même les scientifiques de SCoPEx ne peuvent pas confirmer si le carbonate de calcium est le meilleur aérosol stratosphérique pour le travail.

Les partisans de la géo-ingénierie solaire citent les effets du refroidissement global causé par l’activité volcanique. L’éruption du mont Tambora en 1815 en Indonésie a abouti à une «année sans été», avec une température mondiale moyenne tombant à 0,7 ° C. En revanche, les températures glaciales de l’époque ont ruiné les récoltes et conduit plusieurs pays à des conditions de quasi-famine.

Via: Forbes

Pierre

Pierre

“Parce que la science nous balance sa science, science sans conscience égale science de l’inconscience.” Derrière cette phrase qui vous a sans doute fait un nœud au cerveau, je vous promets de vulgariser au possible les sujets que je traite. La vulgarisation est la clé du partage et vous êtes au bon endroit.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.