L’astrophysique de la NASA rassemble des astronomes brésiliens pour photographier les collisions de galaxies

Thumbnail

L’astrophysicienne brésilienne Duilia de Mello étudie les collisions de galaxies lointaines à partir d’images réalisées par une équipe d’astronomes amateurs au Brésil.

Lastrophysique de la NASA rassemble des astronomes bresiliens pour photographier
Duilia de Mello. Photo: alumni.usp.br/reprodução

La collision entre galaxies est l’un des phénomènes les plus incroyables de l’Univers. Ce sont des processus extrêmement chronophages à l’échelle du temps humain et peuvent durer plusieurs millions, voire quelques milliards d’années.

Fait intéressant, en raison des distances énormes entre les étoiles d’une galaxie, les chocs stellaires se produisent rarement lors de la collision de deux galaxies. Cependant, il y a un énorme désordre généré par les interactions gravitationnelles du processus. Au final, les étoiles sont fusionnées en une seule galaxie, fortement déformée par la collision, mais ce n’est pas tout.

Une partie de la matière qui compose ces galaxies (gaz, poussières et même certaines étoiles), est lancée dans l’espace intergalactique, où elles peuvent se regrouper pour former des amas stellaires de petites galaxies périphériques et aussi quelques coquilles de gaz.

Et ces coquilles sont au centre des recherches menées par l’astrophysicienne brésilienne Duilia de Mello, chercheuse à l’Université catholique de Washington et collaboratrice au Goddard Space Center de la NASA.

1611402125 391 Lastrophysique de la NASA rassemble des astronomes bresiliens pour photographier

Coques de galaxie ARP 230. Crédits: Équipe DIM

L’étude de ces coquilles de gaz permet d’en apprendre davantage sur l’évolution des galaxies et la dynamique de leurs collisions. Mais pour les enregistrer, il faut prendre des photos avec plusieurs heures d’exposition, et le temps est quelque chose de plus en plus difficile à obtenir dans les grands observatoires.

Pour résoudre ce problème, Mello a utilisé une ressource dans laquelle le Brésil est très bien servi: l’astronomie amateur. Dans une initiative sans précédent, elle a réuni une équipe d’astronomes amateurs, ayant une expérience en astrophotographie pour contribuer à la recherche.

Le projet s’appelait Deep Images of Merges, ou simplement DIM. Aujourd’hui, il compte initialement cinq astronomes amateurs:

  • João Antônio Mattei, ingénieur et PDG d’une entreprise de construction civile;
  • Marcelo Domingues, fonctionnaire;
  • Cristóvão Jacques, ingénieur et entrepreneur;
  • Eduardo Oliveira, professeur de sciences pharmaceutiques à l’UFVJM;
  • Sérgio José Gonçalves da Silva, ingénieur en télécommunications

1611402125 100 Lastrophysique de la NASA rassemble des astronomes bresiliens pour photographier

Duilia de Mello et une équipe d’astronomes amateurs présentant le projet DIM lors de la réunion nationale d’astronomie en 2020. Crédits: YouTube

Ces astronomes utilisent leurs télescopes pour réaliser des images des galaxies étudiées par Mello. Évidemment, ces télescopes n’ont pas la même qualité et la même définition que les grands télescopes professionnels. Et pour compenser ce problème, l’équipe travaille à intégrer les images de plusieurs heures d’exposition réalisées par différents télescopes à différents endroits au Brésil.

Et les premiers résultats de ce travail ont été présentés la semaine dernière, lors de la réunion de l’American Astronomical Society. A l’occasion, une image du Centaurus A Galaxy a été présentée, réalisée à partir de l’intégration de photos qui ajoutent jusqu’à 41 heures d’exposition.

Le Centaure A est une galaxie particulière, située à 14 millions d’années-lumière, en direction de la Constellation du Centaure. C’est le résultat d’une collision entre deux galaxies plus petites, et cette collision est responsable de sa forme irrégulière et des coquilles maintenant vues dans le projet DIM.

Lastrophysique de la NASA rassemble des astronomes bresiliens pour photographier
Image du Centaurus A Galaxy intégrant 41 heures d’exposition. En jaune, les coquilles identifiées en 1983 et en rouge, les nouvelles coquilles identifiées par l’équipe brésilienne. Photo: Équipe DIM

En plus des coquilles déjà observées dans cette galaxie, l’équipe brésilienne a identifié 9 nouvelles coquilles autour du Centaurus A, prouvant une fois de plus l’excellence de l’astronomie amateur brésilienne et le potentiel scientifique de partenariats comme celui-ci, idéalisés par Mello.

Texte par Marcelo Zurita, président de l’Association d’Astronomie Paraibana – APA; membre de la SAB – Sociedade Astronômica Brasileira; directeur technique de Bramon – Réseau brésilien d’observation des météores – et coordinateur régional (Nord-Est) de Asteroid Day Brasil