Le vaccin Astrazeneca comporte un risque légèrement accru de troubles de la coagulation

Le vaccin Astrazeneca comporte un risque légèrement accru de troubles de la coagulation

La première dose du vaccin Covid d’Astrazeneca est associée à un risque légèrement accru de développer un trouble de saignement causée par la diminution du nombre de plaquettes, appelée thrombocytopénie immunitaire (ou Purpura thrombocytopénique immunitaire, ITP). Une équipe de recherche britannique a découvert cela dans une étude publiée dans la revue Médecine naturelle suite à l’analyse des données sur l’état de santé de 2,53 millions d’adultes vaccinés en Écosse, dont 1,71 million ont reçu la première dose du sérum développé par l’Université d’Oxford et 820 000 celui produit par Pfizer-BionTech. L’enquête n’a pas révélé de risque accru de thrombocytopénie, d’événements thromboemboliques veineux ou hémorragiques pour le vaccin de Pfizer-BioNTech.

Astrazeneca associé à un risque accru de saignement

Le vaccin Astrazeneca, déjà soumis à des décisions contradictoires de la part des agences pharmaceutiques internationales (n’a pas été autorisé pour une utilisation aux États-Unis mais a été approuvé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) ainsi que le régulateur britannique (MHRA) et par des organismes d’autres pays non européens), est au centre des préoccupations de sécurité à la suite de rares cas de thrombose associée à une déficience plaquettaire chez les jeunes, en particulier les femmes, qui ont conduit diverses autorités à limiter l’utilisation à certains groupes d’âge ou à arrêter complètement le dosage.

La nouvelle analyse, menée par Aziz Sheikh de l’Université d’Edimbourg, n’a cependant pas observé d’association entre ces événements thromboemboliques et la vaccination, mettant plutôt en évidence un risque « important mais très rare« De la thrombocytopénie immunitaire, une réaction opposée de facto à la formation de thrombus en tant qu’événement indésirable post-vaccination. « Notre atelier – les chercheurs indiquent – suggère qu’il pourrait y avoir un risque accru de cet événement indésirable très rare pour le vaccin Astrazeneca, qui est similaire à celui d’autres vaccins, y compris ceux contre l’hépatite B; la rougeole, les oreillons et la rubéole; et la grippe« .

En termes d’incidence, il s’agit de 1,13 cas de thrombopénie immunitaire pour 100 000 vaccinations. La maladie, causée par la formation d’anticorps qui détruisent les plaquettes dans le corps, peut se manifester par des symptômes soudains ou progressifs, avec les premiers signes d’une diminution de la numération plaquettaire pouvant donner lieu à des saignements cutanés – souvent de minuscules points rouges apparaissent (des pétéchies sur la peau des jambes et des traumatismes mineurs peuvent provoquer des ecchymoses (ecchymoses ou purpura bleu-noir). Dans les cas graves, de grandes quantités de sang peuvent être perdues dans le tube digestif ou des hémorragies cérébrales potentiellement mortelles peuvent se développer.

« Ce très faible risque est important, mais doit être vu dans le contexte des bénéfices très clairs du vaccin« Ajoutez les chercheurs, prévoyant de mettre à jour l’analyse avec l’extension de la campagne de vaccination et la disponibilité de nouveaux vaccins. « Nous prévoyons également d’étendre nos efforts de pharmacovigilance pour évaluer les résultats des deuxièmes doses de ces vaccins et d’autres« .