Combien d’heures de sommeil sont nécessaires pour se sentir bien : quels sont les risques si l’on dort peu

Image

Le sommeil joue un rôle irremplaçable pour notre bien-être et même pour notre santé. C’est pourquoi il est nécessaire de dormir un certain nombre d’heures par nuit, qui peut varier en fonction de l’âge et des besoins individuels. La Journée mondiale du sommeil a été créée dans le but de sensibiliser aux troubles du sommeil et au droit de tous à un sommeil de qualité.

Image

Dans une société hyperactive et performante comme la nôtre, nous nous arrêtons rarement pour réfléchir à l’importance du sommeil, bien que ce dernier joue un rôle irremplaçable pour notre santé. C’est dans ce but qu’en 2008, la Société mondiale du sommeil a créé la Journée mondiale du sommeil, célébrée chaque année le deuxième vendredi de mars, juste avant l’équinoxe de printemps.

Combien d’heures faut-il dormir chaque nuit

Il existe différents facteurs qui peuvent influencer la qualité du sommeil. L’un des sujets les plus discutés est la quantité d’heures de sommeil. Selon l’une des théories les plus répandues, pour vraiment se reposer pendant le sommeil, il faudrait dormir au moins huit heures. En réalité, les choses sont plus complexes que cela: comme l’expliquent les experts du Centre de médecine du sommeil de l’hôpital Niguarda, il n’existe pas un nombre exact d’heures de sommeil recommandées qui soit identique pour tout le monde. Certaines personnes ont besoin de six heures de sommeil par nuit, tandis que d’autres ont besoin de dormir neuf ou dix heures.

Il est important de souligner que pour avoir un sommeil de qualité, il est également nécessaire de prendre soin d’autres aspects de la vie, tels que la régularité du rythme veille-sommeil, l’alimentation et le mode de vie.

Pourquoi il est recommandé de dormir huit heures

Si d’une part il est vrai que chacun a des besoins spécifiques, il est également vrai que le cliché selon lequel il faudrait dormir huit heures par nuit a des bases scientifiques. Il s’agit en effet d’une valeur moyenne des besoins quotidiens, confirmée par différentes recherches et études scientifiques.

L’une de ces études, menée en 2018 par l’Institut du cerveau et de l’esprit de l’Université Western au Canada, a observé les habitudes de sommeil d’environ 10 000 personnes pendant trois jours. À la fin de la période d’observation, les participants ont passé des tests pour évaluer leurs capacités cognitives: il est apparu que les personnes habituées à dormir entre sept et huit heures par nuit étaient celles qui obtenaient les meilleures performances.

Les heures de sommeil varient également en fonction de l’âge

L’un des facteurs principaux qui détermine un besoin différent d’heures de sommeil est l’âge. En général, plus on est jeune, plus on a besoin de sommeil. Il n’est pas si simple de déterminer comment varient les heures de sommeil en fonction de l’âge: selon les directives officielles de l’American Academy of Sleep Medicine, les nourrissons âgés de quatre à douze mois devraient dormir entre douze et seize heures par jour, tandis que pour les enfants de moins de deux ans, il est recommandé de dormir entre onze et quatorze heures par jour.

Les heures recommandées diminuent à mesure que l’on grandit: ainsi, les enfants de trois à cinq ans auraient besoin de 10 à 13 heures de sommeil, qui deviennent 9 à 12 pour les enfants de six à douze ans. Enfin, les adolescents ont besoin de plus d’heures de sommeil que les adultes: les adolescents de 13 à 18 ans devraient dormir entre huit et dix heures par nuit.

Que se passe-t-il si l’on dort peu

Plusieurs recherches scientifiques ont confirmé le rôle fondamental du sommeil pour la santé du cerveau, qui nettoie les synapses nécessaires au bon fonctionnement pendant notre sommeil. Mais le sommeil est également important pour la santé des yeux, du cœur et plus généralement pour le bien-être et la régulation de certains hormones.

C’est pourquoi si l’on ne dort pas suffisamment, on court le risque de subir diverses conséquences. Les principaux symptômes du manque de sommeil se manifestent sous forme de troubles neurologiques. Parmi les plus courants, on trouve des problèmes de vue, des hallucinations et des difficultés de mémoire. Parmi les autres possibles, Humanitas indique l’asthénie, c’est-à-dire une sensation de fatigue générale et persistante, des difficultés de concentration, mais aussi des troubles de l’humeur et de l’attention.

Un autre effet d’un sommeil de mauvaise qualité peut affecter le bon fonctionnement de la thyroïde, avec une altération conséquente des niveaux hormonaux, y compris le cortisol, communément appelé l’hormone du stress. Cela peut même nous pousser à avoir plus faim que d’habitude et à être attirés par des aliments très caloriques ou riches en sucre. De plus, dormir peu pourrait augmenter la résistance à l’insuline, nous exposant ainsi, à long terme, à un risque accru de développer du diabète.