La vidéo d’une lune géante traversant l’Arctique pendant une éclipse devient virale; un astronome explique «l’hypothèse absurde»

Thumbnail

Une vidéo de 30 secondes qui montre soi-disant la Lune s’approchant de l’Arctique, entre la Russie et le Canada, et couvrant le Soleil pendant environ 5 secondes est devenue virale sur les réseaux sociaux après que le phénomène de la super lune et de l’éclipse « Blood Moon » ait été enregistré cette semaine.

Après s’être entretenu avec l’astronome Marcelo Zurita, président de l’Association paraibana d’astronomie – APA; membre de la SAB – Sociedade Astronômica Brasileira; directeur technique de Bramon – Réseau brésilien d’observation météorologique – et coordinateur régional (Nord-Est) d’Asteroid Day Brasil, qui a expliqué «l’hypothèse absurde».

«Cette vidéo, manifestement fausse, a été réalisée par un infographiste et publiée sur ses réseaux sociaux sous forme d’animation. Le problème était quand quelqu’un a décidé de profiter de son art et de republier le montage avec un texte trompeur, indiquant que le tournage aurait été fait dans l’Arctique, entre la Russie et le Canada », a déclaré Zurita.

L’artiste en question est le propriétaire du profil @alekset__nz sur TikTok. La vidéo a enregistré plus de 20,4 millions de vues, 2,5 millions de likes et 32 ​​600 commentaires sur sa publication.

«Malheureusement, le faux message est devenu plus viral que l’art original. Je ne sais pas si c’était l’inspiration de l’artiste, mais cela m’a beaucoup rappelé une vidéo de 2013, qui montre comment nous verrions la Lune si elle était à la même distance de la Station spatiale internationale. Evidemment, ce n’est qu’une hypothèse absurde », déclare l’astronome qui est aussi chroniqueur.Souvenez-vous de la vidéo en question:

«Évidemment, ce n’est qu’une hypothèse absurde, car tout objet en orbite à cette altitude subit une traînée aérodynamique et, sans manœuvres de correction orbitale – comme c’est le cas avec l’ISS -, dans quelques jours, la Lune heurterait la Terre. Et ce ne serait pas bien », explique Marcelo Zurita.