Le Canada veut atterrir sur la Lune d’ici 2026

Le Canada veut atterrir sur la Lune d'ici 2026

Au cours des cinq prochaines années, un autre pays devrait atteindre la Lune. L’Agence spatiale canadienne (ASC) veut faire atterrir son propre rover à la surface du satellite naturel de la Terre d’ici 2026. À cette fin, le Canada comptera sur l’aide de la NASA , a déclaré mercredi le gouvernement du pays dans un communiqué (26).

Pour l’instant, l’agence canadienne est à la recherche de deux entreprises dans le pays pour développer des concepts et des instruments scientifiques pour le véhicule lunaire. L’investissement dans les initiatives technologiques d’exploration lunaire sera de 3 millions de dollars canadiens (13 millions de reais, au prix de ce mercredi), montant annoncé par le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie François-Philippe Champagne.

«En investissant dans le secteur spatial dynamique du Canada, nous donnons aux entrepreneurs, créateurs, ingénieurs, scientifiques et chercheurs canadiens l’occasion de faire progresser la science et la technologie et de faire partie de l’économie spatiale mondiale en pleine croissance», a déclaré M. Champagne.

Le ministre a ajouté que les résultats des efforts « amélioreront la vie de chacun, dans l’espace et sur Terre ». «Ils placeront également le Canada à l’avant-garde de l’innovation spatiale et, en même temps, créeront les bons emplois de demain», a-t-il ajouté.

éclipse lunaire nasa

Si tel est le cas, le Canada sera le quatrième pays à explorer la Lune. Image: Nasa

Si tel est le cas, le Canada sera le quatrième pays à explorer la surface de la Lune et jusqu’à présent, l’Union soviétique, les États-Unis et la Chine ont été les seuls pays à avoir réussi à atterrir sur le satellite. D’autres ont essayé, comme l’Inde et Israël, en 2019, mais ont échoué et n’ont pas achevé le chemin vers la surface lunaire.

En plus de son propre rover lunaire, le Canada travaille également à la construction d’un bras robotique articulé, le Canadarm3, pour Lunar Gateway, la future station spatiale en orbite lunaire de la NASA. Le laboratoire servira de centre de communication, de laboratoire scientifique, de module d’hébergement à court terme et de zone d’attente pour les rovers et autres robots, un «tremplin» pour les voyages vers la lune et l’espace lointain.

Le Canada a déjà envoyé un bras à la Station spatiale internationale (ISS). Le Canadarm2 mesure 16,7 mètres de long et est situé à l’extérieur du laboratoire en orbite terrestre. Avec les nouveaux investissements, l’ASC prévoit de créer 21 000 emplois et un rendement de 2,4 milliards de dollars canadiens (10,6 milliards de reais).

Passant par: Futurisme

  • Guide de survie des Européens à Montréal
  • Montréal et Québec En quelques jours - 4ed