Découverte d’une espèce disparue de tortue géante

jonathan-tartaruga

Des scientifiques de Madagascar ont trouvé des traces d’une nouvelle espèce de tortue géante qui habitait l’île il y a environ 1000 ans. La découverte a été faite lors d’une étude sur la lignée des tortues géantes qui habitent Madagascar et d’autres îles de l’ouest de l’océan Indien.

Sur la base de l’analyse de l’ADN nucléaire et mitochondrial d’un tibia (os de la jambe), les chercheurs ont conclu qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce qui a reçu le nom de astrochelys rogerbouridu nom de Roger Bour, herpétologue français et spécialiste des tortues géantes de l’ouest de l’océan Indien.

On ne sait pas quand l’espèce s’est réellement éteinte, cependant le vestige indique que l’individu auquel elle appartenait vivait il y a environ 1000 ans.

Les tortues géantes ont été essentielles à la formation de l’écosystème des îles et atolls de l’ouest de l’océan Indien. Pesant environ 270 kilos, leur appétit vorace leur a fait assumer une position écologique similaire aux mammouths.

Lire la suite:

Tortues géantes de l’ouest de l’océan Indien

Les quelque 100 000 tortues géantes d’une autre espèce qui habitent encore Aldabra, un atoll du nord-ouest de Madagascar, se nourrissent d’environ 11,8 millions de morceaux de matériel végétal par an.

La plupart des espèces géantes qui habitaient la région ont déjà disparu. Les scientifiques ont cependant travaillé pour comprendre la vie préhistorique de ces animaux qui existaient sur les îles, grâce à l’analyse de l’ADN.

« Si nous voulons savoir à quoi ressemblaient ces écosystèmes insulaires à l’origine, nous devons inclure les tortues géantes – de grands membres disparus de l’écosystème qui ont repris le rôle souvent occupé par les grands mammifères herbivores. »

Karen Samonds, co-auteur de l’étude et professeure au Département des sciences biologiques de la Northern Illinois University, en réponse à Sciences en direct.

Decouverte dune espece disparue de tortue geante
Espèces de tortues des îles de l’ouest de l’océan Indien. Les tortues en gris sont les espèces déjà éteintes, en couleurs celles qui sont vivantes. Les espèces nouvellement découvertes, astrochelys rogerbouri, est en haut, la troisième tortue (en gris) à partir de la droite. (Crédit image : dessins de Michal Roessler et photo de Massimo Delfino)

Les fossiles de tortues géantes ont commencé à être collectés au 17ème siècle, et à cette époque ils n’existaient plus depuis longtemps à Madagascar. Sur des îles telles que Mascarenhas et Seychelle, il restait peu de spécimens, qui se sont éteints en raison des activités humaines, qui les ont récoltés pour la production de nourriture et d’huile.

Dans l’étude, l’équipe a pu découvrir comment les tortues géantes ont quitté l’Afrique et se sont propagées à travers les îles de l’océan Indien occidental. Ils l’ont fait après avoir généré plusieurs génomes à partir de fossiles collectés depuis les années 1600 combinés à une datation au radiocarbone et à des données sur les lignées de tortues qui existaient déjà.

Maintenant, Samonds et les autres chercheurs espèrent que les paléontologues pourront utiliser l’analyse de l’ADN ancien dans de futures études avec les méthodologies conventionnelles. « L’inclusion de l’ADN ancien nous a permis d’examiner combien d’espèces de tortues existaient et comment elles étaient liées les unes aux autres. Cela nous a aussi permis d’apprécier la diversité originelle des tortues sur les îles », précise le chercheur.

Avez-vous regardé les nouvelles vidéos sur Youtube du look numérique ? Abonnez-vous à la chaîne !