Une queue de fouet supersonique existait-elle chez les dinosaures ?

Une Queue De Fouet Supersonique Existait Elle Chez Les Dinosaures ?

Pourquoi les dinosaures sauropodes avaient une queue aussi longue et fine a toujours été une question pour les paléontologues. Les théories sont qu’ils étaient pour l’équilibre avec son long cou, pour pousser le sol, ou comme une « troisième jambe » pour le soutien, comme le font les kangourous pour se tenir debout. De plus, il existe une autre hypothèse, selon laquelle les sauropodes utilisaient leur queue comme fouet pour se défendre.

Désormais, de nouvelles recherches menées en partenariat avec des paléontologues et des ingénieurs aérospatiaux ont émis l’hypothèse que le fouettement de la queue d’un sauropode diplocide pourrait être si rapide qu’il franchirait le mur du son.

La reconstruction de la queue

Le problème était qu’aucune queue complète de diplocide n’avait jamais été trouvée. Pour développer la recherche, il a alors fallu récolter les queues de 5 animaux fossilisés du groupe. À partir de là, des tissus mous tels que la peau, les tendons et les ligaments ont été ajoutés.

Cependant, la morphologie des tissus mous à l’intérieur de la queue est encore inconnue, car lors de la fossilisation, seuls les os et la peau externe sont imprimés. Ces tissus internes ont donc été construits sur la base de la structure osseuse des dinosaures. De plus, la peau a été reconstruite en fonction de l’épaisseur de la peau d’un crocodile.

Le modèle de queue reconstruit par les chercheurs mesure 12 mètres de long et pèse plus de 1,4 tonne. Tout cela attaché à la hanche d’un diplocide et calculé le stress mécanique que la peau devrait supporter lors du balancement de la queue.

Même si elle a l’air solide, la peau est recouverte de fibres de collagène. Ce qui, bien qu’il lui donne de l’élasticité, le rend également cassant lorsqu’il est soumis à de fortes tensions telles que le fouettage supersonique.

Lire la suite:

Le résultat

Après avoir reconstruit la queue, le fouet supersonique a été testé. La queue n’a pas pu franchir le mur du son. Cela s’est produit à cause du frottement des vertèbres et des muscles et s’il avait franchi le mur du son, il se briserait définitivement.

Le fouet n’atteint que 30 mètres par seconde, la vitesse du son atteint 340 m/s. « Même si la hanche augmentait considérablement le mouvement de la queue, notre estimation de la résistance des tissus mous ne soutiendrait pas le mouvement supersonique des queues de dinosaures », explique Simone Conti, paléontologue et responsable de l’étude, dans l’article.

Cependant, même s’il n’atteint pas la vitesse du son, la possibilité que la queue soit encore utilisée comme fouet n’est pas exclue. La vitesse atteinte de 30 m/s est déjà suffisante pour être un coup très fort.

Avez-vous regardé les nouvelles vidéos sur Youtube du look numérique ? Abonnez-vous à la chaîne !