Artemis 1 : Une rentrée violente testera la résistance du bouclier thermique

Artemis 1 : Une Rentrée Violente Testera La Résistance Du

Le voyage de retour de la capsule Orion de la NASA sera essentiel pour la science, car lors de la rentrée du navire dans l’atmosphère terrestre ce dimanche (11), le système de protection thermique (TPS) sera testé. Le bouclier thermique et les tuiles thermiques devront soutenir et protéger les structures vitales de la capsule qui seront confrontées à des températures élevées en cours de route.

Le directeur système adjoint du système de protection thermique (TPS) du vaisseau spatial Orion, Jeremy Vander Kam, a déclaré: « Orion traversera l’atmosphère terrestre à des températures deux fois plus chaudes que la lave en fusion. » Heureusement, Kam est plein d’espoir, car « tout indique un système de protection thermique qui fonctionnera très bien ».

Lire la suite:

Au cours du programme Apollo, l’équipage s’est appuyé sur un bouclier thermique fait d’un matériau appelé Avcoat pour combattre la chaleur. Il s’agit d’un ablateur, qui brûle de manière contrôlée lors de la rentrée et empêche le transfert de chaleur vers l’engin spatial. Le nouveau système de bardeaux Avcoat, qui se trouve dans la capsule Orion et sert de doublure de bouclier thermique, aura une épaisseur de un à trois pouces.

Le système de protection thermique ablatif multifonctionnel tridimensionnel (3DMAT), un deuxième matériau ablateur, a été utilisé à certains endroits sur Orion. 3DMAT est composé de fils de quartz tissés en résine. Cette configuration est plus forte qu’Avcoat. La confiance de Vander Kam dans le système vient en partie de tests approfondis des matériaux de protection thermique, plus d’un millier de tests ont été effectués.

orion-voyage-retour
Image : Tuiles thermiques qui forment le bouclier thermique de la capsule Orion de la NASA. Crédits : Crédits : NASA/Isaac Watson

La rentrée d’Orion aura lieu dimanche prochain (le 11), et sera l’épreuve du feu pour l’équipe TPS. Pendant le voyage, Vander Kam attendra la capsule avec l’US Navy, au large de San Diego. Le directeur adjoint participera à la récupération du vaisseau spatial une fois qu’il atterrira dans l’océan Pacifique.

Équipé de capteurs, le bouclier fournira les données nécessaires pour mesurer les températures, la pression et le rayonnement que le bouclier thermique subira. Ensemble, toutes ces informations attestaient de la faisabilité d’utiliser le bouclier dans les futures missions du programme Artemis. Vander Kam est ravi d’entendre les bangs soniques qu’Orion doit faire lors de la rentrée, car le vaisseau voyagera plus vite que la vitesse du son : le premier indice que tout va bien avec la rentrée de la capsule. Avec l’ouverture des parachutes, la mission peut être considérée comme accomplie.

Avez-vous regardé les nouvelles vidéos sur Youtube du look numérique ? Abonnez-vous à la chaîne !