Voyager vers d’autres galaxies peut être possible avec des bougies magnétiques

Chasseur D'astéroïdes Avec Voile Solaire Et Embarcation à Propulsion Hydraulique

Les vols intergalactiques à l’échelle de temps humaine sont encore loin de la réalité. Le gros problème, ce sont les distances en années-lumière. La même mesure utilisée pour décrire les distances parcourues par la lumière en un an prendrait des milliers d’années pour être réalisée par la technologie humaine actuelle. Cependant, s’il nous est encore impossible d’atteindre des vitesses relativistes pour effectuer des voyages rapides vers les systèmes solaires voisins, des chercheurs de l’Université McGill, au Canada, ont étudié des moyens de voyager plus rapidement dans l’espace lointain, grâce à l’utilisation d’un système basé sur un forme de navigation millénaire que l’humanité connaît bien : les voiles.

Les voiles solaires sont déjà considérées comme une option pour les voyages interplanétaires, voire les voyages intergalactiques plus rapides. Ils permettent d’effectuer des trajets qui prendraient des années, en quelques mois seulement. La technologie consiste à utiliser le Soleil lui-même comme carburant pour la locomotion.

Leur fonctionnement est très similaire aux voiles des navires de guerre, utilisant uniquement le vent solaire. Le Soleil libère des particules ondulatoires appelées photons qui se déplacent à la vitesse de la lumière. Lorsqu’ils frappent la voile, ils lui transmettent un élan linéaire, ce qui génère une pression. Cela le fait se déplacer à une vitesse pouvant atteindre 2% de la vitesse de la lumière, soit 6000 km/s.

Lire la suite:

Mouvement des ions plasma

Même si elles sont très rapides, la technologie présente de nombreux inconvénients. Un problème est qu’ils nécessitent d’énormes structures pour pouvoir capturer suffisamment de photons pour déplacer un vaisseau spatial. De plus, les bougies ont besoin des bons matériaux et de la bonne forme pour atteindre une capacité maximale et bien dissiper la chaleur. Or, ce ne sont pas seulement des photons qu’émet le Soleil, mais aussi des plasmas ioniques générés par le champ magnétique solaire. Même s’ils sont moins abondants, ils peuvent générer un impact plus important.

Les bougies qui permettent l’interaction avec les électrons et les protons du plasma peuvent être développées de manière beaucoup plus simple. Il suffirait de quelques mètres de câble pour produire un champ électromagnétique capable de dévier ces particules chargées. Cela fonctionnerait comme la résistance dans l’interaction des pôles d’un aimant.

Bien que plus pratique, ce type de voile génère beaucoup moins de vitesse que les voiles solaires classiques. Contrairement aux photons qui se déplacent à la vitesse de la lumière, ces particules atteignent près de 700 km/s, soit 0,23 % de la vitesse de la lumière.

Mais cela ne décourage pas les scientifiques, selon eux on peut utiliser des voiles magnétiques pour effectuer un vol dynamique comme les oiseaux. Ce type de vol est caractéristique pour transiter entre des courants d’air de vitesses différentes, prenant de l’ampleur lors de l’exécution d’une telle action. Dans le cas des voiles magnétiques, une astuce similaire peut être effectuée dans le « vent de face » du choc terminal au bord du système solaire. En utilisant ces méthodes, les scientifiques pensent qu’il est possible d’atteindre des vitesses supérieures à celles des voiles solaires.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube?? Abonnez-vous à notre chaîne !