Astronomie en Arabie : l’importance des Arabes pour l’étude de l’Univers

Astronomie En Arabie : L'importance Des Arabes Pour L'étude De

Chaque fois que la saison de la Coupe du monde arrive, cela finit par être le sujet le plus discuté à travers le monde. En plus de suivre les matchs passionnants et le quotidien des stars mondiales du football, tout le monde, même ceux qui ne s’y rendent pas, veut en savoir plus sur les lieux, les habitudes et la culture des personnes qui accueillent la plus grande compétition sportive du monde. planète. Et pour ceux d’entre nous qui admirent d’autres types d’étoiles, que diriez-vous de profiter de ce moment de la Coupe du monde en Arabie, pour apprendre l’importance de l’astronomie arabe pour le développement scientifique de l’humanité ?

Connaissez-vous ces trois étoiles qui composent la Ceinture d’Orion et qu’ici au Brésil nous appelons « Três Marias » ? En fait, ils s’appellent Alnitak, Alnilam et Mintaka et ce ne sont que quelques-unes des nombreuses étoiles de notre ciel qui ont été nommées par les Arabes. Mais leurs contributions à notre astronomie vont bien au-delà du baptême d’étoile. Et pour que nous comprenions cela, nous devrons remonter au IIe siècle, lorsque le célèbre philosophe grec Ptolémée écrivit son œuvre la plus célèbre « Μεγάλη Σύνταξις », qui indique « Le Grand Traité ».

Astronomie en Arabie limportance des Arabes pour letude de
[ Alnitak, Alnilam e Mintaka, aqui conhecidas como “Três Marias”, são algumas das estrelas nomeadas pelos árabes – Foto: Marcelo Zurita ]

almagest

Le Grand Traité, mieux connu sous le nom d' »Almageste », est l’un des textes scientifiques les plus influents de tous les temps. Il pose les bases d’un savoir astronomique diffusé pendant 14 siècles dans toute la Grèce, l’Europe occidentale, l’Empire byzantin et aussi, dans le monde arabe. C’était comme une « Bible » astronomique (et aussi astrologique).

L’Almageste était organisé en 13 livres traitant de la cosmologie d’Aristote, des mouvements des astres dans le ciel, de la durée de l’année solaire, du mouvement de la Lune, des distances relatives de la Lune et du Soleil, de la parallaxe lunaire, des éclipses du Soleil et Lune, précession des équinoxes, mouvements des planètes et contenait même un catalogue avec environ un millier d’étoiles et leur luminosité, couleurs et coordonnées célestes.

Dans l’Almagest, Ptolémée a organisé les étoiles en 48 constellations, dont beaucoup ont survécu jusqu’à ce jour. Dans son modèle cosmologique, la Terre était sphérique et située au centre de l’Univers, avec la Lune, le Soleil, les planètes et les étoiles tournant autour d’elle.

Pour expliquer le mouvement rétrograde des planètes, Ptolémée croyait qu’elles tournaient autour de la Terre piégées dans des sphères de cristal. Et croyez-moi, le modèle mathématique qu’il a développé était capable de prédire le mouvement des étoiles avec une précision acceptable pour l’époque. Ce n’est pas un hasard si l’œuvre de Ptolémée a été largement reproduite et diffusée dans une grande partie du monde.

Almajesto avait ses problèmes, mais rien qui ne puisse être amélioré par les astronomes qui ont succédé à Ptolémée. Seulement, au IVe siècle, le puissant Empire romain est devenu chrétien, et ce mélange dangereux entre religion et pouvoir a fini par plonger l’Occident dans une longue période de ténèbres, où la science a été réprimée et ne s’est pas développée pendant plus de mille ans.

L’âge des ténèbres et l’islam

Au cours de cette période, la bibliothèque d’Alexandrie, le grand dépositaire de la connaissance humaine à l’époque, a été incendiée. La plupart des exemplaires de l’Almagest ont été perdus dans cet incendie et au fil des ans. L’astronomie n’a survécu à cette période que grâce aux Arabes et à leurs exemplaires de l’Almageste traduits dans leur langue.

1670412258 882 Astronomie en Arabie limportance des Arabes pour letude de
[ Gravura de 1876 mostrando o incêndio da Biblioteca de Alexandria – Gravura: Hermann Göll ]

L’observation des étoiles a toujours fait partie de la culture arabe. Après tout, ils étaient nomades et avaient besoin d’interpréter le ciel nocturne pour connaître leur emplacement et s’orienter lors de leurs longs voyages à travers le désert. Mais curieusement, la survie de l’Astronomie à l’âge des ténèbres n’a été possible que grâce à une seule religion : l’Islam.

Au 7ème siècle, l’islam a émergé dans la péninsule arabique et est rapidement devenu un puissant empire. En un peu plus de 100 ans, l’Empire islamique s’était déjà étendu à travers l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, une partie de l’Asie et atteignant la péninsule ibérique. Alors que l’Empire islamique était militairement fort et impitoyable, il était entouré de traditions et de rituels religieux. Chaque musulman doit prier à des moments précis de la journée et toujours faire face à La Mecque, le lieu de naissance de Mahomet, le fondateur de l’islam.

1670412259 363 Astronomie en Arabie limportance des Arabes pour letude de
[ Mapa da expansão do Império Islâmico. Em marrom, expansão até a morte de Maomé (entre 622 e 632); em laranja, expansão durante o Califado Ortodoxo (entre 632 e 661); e em amarelo, expansão durante o Califado Omíada (entre 661 e 750) – Imagem: wikimedia.org ]

A une époque où il n’y avait ni horloge ni GPS, la connaissance astronomique était le seul moyen de connaître le bon moment et la direction dans laquelle prier. Et c’est alors que ce livre, écrit des siècles auparavant par Ptolémée, a acquis une énorme importance dans tout l’Empire islamique.

Dans sa traduction en arabe, son titre original, le grand traité, a été traduit par « al Majesti », qui indique « le grand ». Sept siècles plus tard, lorsque ce livre fut réintroduit en Occident, il fut retraduit de l’arabe en latin et reçut le nom sous lequel il est connu aujourd’hui : Almajesto.

Pendant l’âge des ténèbres, les Arabes étaient porteurs de connaissances astronomiques développées par des siècles d’études. Mais ils ne se limitaient pas à cela.

Al Soufi

Un exemple est le persan Al-Sufi, qui a vécu au 10ème siècle et était l’un des astronomes les plus importants du Moyen Âge. On lui attribue des corrections majeures au catalogue d’étoiles de Ptolémée. Al-Sufi a également nommé plusieurs étoiles et a été le premier à cataloguer un objet nébuleux dans la constellation d’Andromède. C’était la galaxie d’Andromède, perçue par lui à l’œil nu, il y a plus de mille ans.

1670412260 938 Astronomie en Arabie limportance des Arabes pour letude de
[ Primeiro registro da Galáxia de Andrômeda, representada como um aglomerado de pequenas estrelas e descrito como uma nebulosidade no desenho da Constelação de Andrômeda de Al-Sufi – Imagem: Bodleian Library, Oxford ]

Ouloug Beg

Dans tout l’Empire islamique, des observatoires astronomiques ont été construits pour fournir des données encore plus précises pour l’Almagest. Les Arabes ont également perfectionné l’Astrolabe, un instrument grec qui permettait de calculer la position des étoiles dans le ciel, élément essentiel pour la navigation et qui permettait aux Arabes de créer des routes commerciales avec l’ensemble du monde connu.

Le dispositif astronomique islamique le plus grand et le plus précis jamais construit était l’observatoire d’Ulugh Beg, situé à Samarcande, dans l’actuel Ouzbékistan. Haut de plus de 30 mètres, l’observatoire était destiné à mesurer avec précision la position du Soleil. Dans cet observatoire, l’année solaire a été mesurée en 365 jours, 5 heures, 49 minutes et 15 secondes, soit seulement 30 secondes de moins que la valeur actuellement considérée.

1670412261 879 Astronomie en Arabie limportance des Arabes pour letude de
[ Interior das ruínas do Observatório de Ulugh Beg em Samarcanda, Uzbequistão – Fonte: wikimedia.org ]

Al-Tusi

Et à mesure qu’ils mesuraient les étoiles de plus en plus précisément, les Arabes commencèrent à se rendre compte que beaucoup de choses proposées par Ptolémée ne correspondaient pas à leurs observations. Puis, vers le XIIIe siècle, l’astronome persan Al-Tusi a développé un modèle cosmologique dans lequel il a soutenu que la Terre n’était pas le centre de l’Univers, mais le Soleil.

Et selon toutes les indications, deux siècles plus tard, les recherches d’Al-Tusi ont servi de base à Nicolas Copernic pour développer sa théorie héliocentrique du système solaire, travail qui a changé l’histoire de l’astronomie. Ou faut-il dire que les Arabes ont changé à jamais l’histoire de l’astronomie ?

Avez-vous regardé les nouvelles vidéos sur Youtube du look numérique ? Abonnez-vous à la chaîne !