La Russie et les États-Unis s’associent pour une mission spatiale alors que la menace nucléaire se renforce

La Russie Et Les États Unis S'associent Pour Une Mission Spatiale

Les agences spatiales NASA (États-Unis) et Roscosmos (Russie) ont effectué une mission conjointe ce mercredi (21), au cours de laquelle elles ont emmené un équipage de trois personnes vers la Station spatiale internationale (ISS). L’opération, baptisée Expedition 68, marque une rare collaboration entre les deux pays dans un contexte de tensions accrues depuis le début de l’offensive russe en Ukraine. Aujourd’hui, même, a été une journée marquée par la menace nucléaire russe contre ses voisins.

Le trio, composé de l’astronaute américain Frank Rubio et des cosmonautes russes Sergey Prokopyev et Dmitri Petelin, a décollé à 10h54 (GMT) du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, à bord du vaisseau spatial Soyouz MS-22, couplé au Soyouz-deux . Le voyage a duré un peu plus de 3 heures, le vaisseau spatial s’amarrant au module Rassvet de la Station spatiale internationale à 14h06.

La mission a été diffusée en direct et peut être visionnée ci-dessous :

Dans la phase suivante de la mission, les écoutilles entre la capsule et la station ont été ouvertes, et le trio a rejoint les habitants actuels de la station spatiale, pour un séjour d’environ six mois. Selon la NASA, il s’agissait du deuxième vol spatial de Prokopyev et du premier de Rubio et Petelin.

Début octobre, la cosmonaute Anna Kikina se rendra également dans l’ISS, cette fois à bord de la mission Crew-5 de SpaceX, ce qui sera la première fois qu’une personne d’origine russe volera à bord d’un vaisseau spatial privé américain. Elle sera rejointe par les astronautes de la NASA Nicole Mann et Josh Cassada, ainsi que par le Japonais Koichi Wakata.

La Russie et la station spatiale

Comme l’a rapporté Netcost-Security, la Russie a clairement indiqué son intention d’abandonner la Station spatiale internationale. Le directeur général du programme spatial russe, Yuri Bosov, a même déclaré plus tôt ce mois-ci que l’ISS est « dangereuse et inadaptée à son objectif ». Les projets de départ sont une réponse aux sanctions que les États-Unis et l’Union européenne ont imposées à la Russie à la suite de la guerre en Ukraine.

Le pays a même l’intention de développer et de lancer sa propre station spatiale, qui orbitera autour des pôles de la Terre et servira à la Russie pour mieux observer son territoire et d’autres pays, en plus de collecter des données sur le rayonnement cosmique.

Pour le moment, les Russes recherchent des partenaires dans cette entreprise et dans les futures, qui incluent des missions d’exploration lunaire et spatiale.

« La Russie cherche des moyens d’interagir avec ses collègues les plus proches, en particulier la Chine », a déclaré Yuri Bosov.

Crédit image en vedette : NASA/Bill Ingalls.

Avez-vous regardé les nouvelles vidéos sur Youtube du look numérique ? Abonnez-vous à la chaîne !