« Wild West »: l’espace extra-atmosphérique a des règles pour les temps de guerre et de paix

"wild West": L'espace Extra Atmosphérique A Des Règles Pour Les Temps

La publication des premières images prises par le télescope James Webb inspirera des générations avec les possibilités infinies qu’offre l’espace extra-atmosphérique. De toute évidence, il est de notre responsabilité de veiller à ce que seules des utilisations pacifiques, sûres, durables, licites et légitimes de l’espace soient faites au profit de l’humanité et des générations futures.

Dans cette optique, au cours des six dernières années, l’Université McGill au Canada et un certain nombre d’institutions collaboratrices à travers le monde ont participé à la rédaction du « Manuel de McGill sur le droit international applicable aux utilisations militaires de l’espace extra-atmosphérique ».

En août, le premier volume du manuel a été publié. Il contient 52 règles adoptées par consensus par le groupe d’experts. Les règles clarifient le droit international applicable à toutes les activités spatiales menées en temps de paix et en temps de tension qui posent des défis à la paix.

Croissance des infrastructures spatiales

Depuis le début de l’ère spatiale il y a 65 ans, de grandes avancées dans l’exploration spatiale ont été observées qui ont profité à la vie sur Terre. La recherche dans les technologies spatiales informe bon nombre de nos commodités modernes.

Les astronautes le ramènent et les chercheurs étudient des échantillons de minéraux provenant d’astéroïdes. Pendant des décennies, les technologies satellitaires ont été utilisées pour le positionnement, la navigation et la synchronisation.

Le système de positionnement global américain – dont il existe des variantes chinoises, européennes, russes, japonaises et indiennes – est l’épine dorsale d’applications essentielles telles que la recherche et le sauvetage d’urgence, l’agriculture de précision pour la production alimentaire, la navigation aérienne, la sécurité du système financier et bancaire, et la synchronisation de l’heure sur les cyber-réseaux.

La dépendance croissante vis-à-vis des infrastructures spatiales rend les économies modernes de plus en plus vulnérables aux impacts des accidents ainsi qu’aux actes illégaux et irresponsables qui affectent l’exploration et l’utilisation de l’espace.

Wild West lespace extra atmospherique a des regles pour les temps
En 65 ans, les infrastructures spatiales ont beaucoup grandi (Image : 3Dsculptor/)

L’espace sur Terre

En 2009, il y a eu une panne de communication en Amérique du Nord à la suite d’une collision accidentelle entre un ancien satellite soviétique et le satellite de communication Iridium. C’était un rappel important de la vulnérabilité des opérations de la Terre aux événements dans l’espace.

Portés par les tensions géopolitiques, plusieurs gouvernements ont testé des armes anti-satellites, qui laissent une traînée de débris spatiaux qui resteront en orbite pendant des décennies, voire des siècles. Les débris spatiaux présentent un grave danger pour les autres objets de l’espace de travail, sans parler des personnes et des biens au sol, s’ils tombent sur Terre.

En septembre, la Chine a lancé plusieurs missiles balistiques qui ont atteint 200 kilomètres au-dessus du niveau de la mer, menaçant potentiellement les satellites opérant en orbite terrestre basse, qui représente un espace privilégié utilisé pour les communications cruciales et la télédétection dans le monde.

Les systèmes spatiaux ne sont pas seulement vulnérables aux missiles, mais peuvent être perturbés ou détruits par d’autres moyens tels que les lasers, l’usurpation d’identité, les interférences et les cyberattaques. Les coûts humains et les conséquences d’un conflit dans l’espace peuvent être dévastateurs au-delà de toute considération.

affirmer la loi

Alors que les pays et les opérateurs spatiaux commerciaux étudient comment explorer et utiliser la lune et d’autres corps célestes pour des ressources précieuses, il faut comprendre que l’espace extra-atmosphérique n’est pas un « Far West » anarchique.

En fait, il existe un ensemble clair de principes juridiques fondamentaux qui s’appliquent à toutes les activités spatiales depuis de nombreuses décennies. Depuis le lancement en 1957 du premier satellite artificiel en orbite terrestre (Spoutnik I), il y a eu un consensus clair sur le fait que l’espace extra-atmosphérique, les planètes et les astéroïdes doivent être explorés et utilisés conformément au droit international, y compris la Charte des Nations Unies.

Ces principes fondamentaux sont développés dans une série de traités des Nations Unies sur le droit de l’espace signés par pratiquement tous les pays qui explorent l’espace.

Par ailleurs, en particulier avec l’augmentation du nombre d’opérateurs spatiaux commerciaux et privés, les pays adoptent des lois spatiales locales pour réglementer et superviser la manière dont toutes les activités spatiales nationales sont menées conformément au droit international.

Junk-space-satellite
Image : Débris spatiaux en orbite terrestre (Image : )

indépendant et impartial

Les États-Unis et d’autres gouvernements ont déclaré que « les conflits ou les confrontations dans l’espace ne sont pas inévitables ». Dans l’environnement géopolitique actuel, il est nécessaire d’énoncer et de clarifier des lois qui éviteront les erreurs de calcul et les malentendus et, à leur tour, favoriseront la transparence, l’instauration de la confiance et une certaine coopération dans l’espace.

Un ensemble important de règles internationales et de principes juridiques s’appliquent à toutes les activités spatiales, y compris les activités spatiales militaires. Celles-ci sont cependant parfois sujettes à des interprétations différentes qui créent confusion, ambiguïté et incertitude.

Le Manuel de McGill est un effort indépendant et impartial qui clarifie et réaffirme que les lois existantes sont pertinentes et applicables pour s’adapter aux nouvelles activités et applications. Ces lois imposent des restrictions sur les actions irresponsables et dangereuses et répondent aux nouveaux défis dans l’espace extra-atmosphérique.

Développement

L’élaboration du manuel a impliqué plus de 80 experts juridiques et techniques. Ils ont confirmé, par exemple, qu’il existe une interdiction absolue des essais et de l’utilisation d’armes biologiques, chimiques et nucléaires dans l’espace et que toute interférence nuisible avec les ressources spatiales d’autres États est illégale.

Les experts ont également souligné que le droit de légitime défense lié aux activités spatiales militaires devait tenir compte des aspects juridiques et physiques uniques de l’espace extra-atmosphérique.

1663152910 707 Wild West lespace extra atmospherique a des regles pour les temps

Au fil des siècles, différents peuples du monde ont tenté d’entrer en contact avec l’espace (Image : Anne Mathiasz/)

la paix dans l’espace

Les peuples autochtones du Canada et de l’Australie, ainsi que de nombreuses cultures et civilisations à travers le monde, se tournent depuis longtemps vers les étoiles pour trouver des conseils et de l’inspiration. Les gouvernements et les opérateurs commerciaux dans l’espace doivent comprendre que l’espace est un bien commun mondial, où les activités d’un pays ou d’une entreprise auront des implications pour tous les autres.

La publication du Manuel de McGill est considérée comme une étape importante dans le soutien des efforts internationaux en cours. Ces lois convenues au niveau international devraient guider l’exploration pacifique et la coopération dans l’espace.

Avec des informations de Space et The Conversation (article reproduit sous licence )

Image en vedette : Vadim Sadovski/

Avez-vous regardé les nouvelles vidéos sur Youtube du look numérique ? Abonnez-vous à la chaîne !