La galaxie naine en orbite autour de la Voie lactée pourrait émettre des quantités massives de rayons gamma

La Galaxie Naine En Orbite Autour De La Voie Lactée

Une équipe d’astronomes de l’Université nationale australienne (ANU) vient de découvrir que les émissions de rayons gamma précédemment attribuées aux « bulles de Fermi » pourraient provenir de pulsars d’une galaxie naine en orbite autour de la Voie lactée.

Les bulles de Fermi, découvertes en 2010, sont de gigantesques amas de gaz émanant du centre de la Voie lactée et rayonnant plus d’énergie gamma que le reste de la galaxie. À l’intérieur des bulles, une formation connue sous le nom de «cocon» est responsable d’une grande partie de cette énergie.

Maintenant, les chercheurs de l’ANU ont trouvé un objet dont l’emplacement coïncide avec celui du cocon : le centre de la galaxie naine du Sagittaire, qui est en passe d’être désintégrée et consommée par la Voie lactée. Cela les a amenés à réévaluer l’origine réelle des rayons gamma et à conclure que leur origine la plus probable est la galaxie.

Usine de rayons gamma dans l’espace

Mais qu’est-ce qui produirait ces rayons gamma ? Dans la Voie lactée, ils sont générés principalement par la collision entre les rayons cosmiques et les gaz flottant dans le milieu interstellaire. Cependant, la galaxie naine du Sagittaire est dépourvue de ces gaz, car la gravité de notre galaxie les a « aspirés ».

Par conséquent, les astronomes ont conclu que les rayons gamma provenaient probablement de ce que l’on appelle des « pulsars millisecondes », un type d’étoile à neutrons ainsi nommé en raison de sa vitesse de rotation extrêmement rapide, à l’échelle de la milliseconde. Ce même spin émet des jets de rayonnement depuis ses pôles, y compris un rayonnement gamma.

Cette découverte indique que les galaxies naines et sphéroïdales comme le Sagittaire sont capables de produire plus de rayonnement que prévu.

Selon les chercheurs, cela encourage la communauté scientifique à s’intéresser de plus près à ces petites galaxies peu lumineuses afin de revoir leur compréhension de ces formations célestes et des anciennes populations d’étoiles qu’elles contiennent.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !