Un astronaute de la NASA déclare qu’il serait « horrible » de vivre dans la colonie martienne d’Elon Musk

Un Astronaute De La Nasa Déclare Qu'il Serait "horrible" De

Ce n’est pas une nouvelle que le milliardaire Elon Musk, propriétaire de la société SpaceX, souhaite établir une colonie sur Mars (quand et comment cela se fera est une autre histoire. SpaceX lui-même a été créé pour, entre autres objectifs, remplir cet objectif. Cependant , l’astronaute de la NASA Stanley G. Love souligne que vivre isolé dans l’espace n’est pas une tâche facile.

Si Elon Musk parvient à faire avancer son projet, un million d’humains devraient atterrir sur Mars d’ici 2050. Pour le milliardaire, l’exode vers Mars sera inévitable, car les ressources de la Terre pourraient s’épuiser plus tôt que prévu, puisque les humains détruisent le planète.

Lors d’une conversation avec Peter Diamandis, fondateur de la X Prize Foundation, Elon Musk a déclaré qu’il croyait vraiment que la réalisation de son projet ambitieux ne serait pas facile. Il prévoit même quelques pertes en vies humaines en cours de route. « Vous ne reviendrez peut-être pas vivant, mais c’est une aventure glorieuse, et ça va être une expérience incroyable », a-t-il déclaré.

L’astronaute et scientifique de la NASA Stan Love a passé plus de 300 heures au large de la Terre et avoue qu’il ne s’engagerait pas pour participer à une mission sur Mars. Il sait que l’expérience d’être bloqué et loin de sa planète serait horrible, du moins pour les premières personnes qui arrivent dans l’espace.

Dans une interview avec The Sun, l’astronaute a déclaré que bien qu’il y ait une telle possibilité, l’expérience ne serait pas agréable. « Ce [a declaração] C’est basé sur une opportunité que j’ai eue alors que j’étais dans le bureau des astronautes d’aller en Antarctique », a déclaré Love.

Expérience Mars Antarctique

De plus, au cours de l’interview, Love détaille ce qu’il ressentait en vivant dans le camp. Bien qu’il vive dans de petites tentes et qu’il ait toute la nourriture dont il a besoin, il ne supporte pas d’y rester longtemps. « Je pense que la plus longue durée de séjour là-bas est de cinq ans d’affilée », a estimé l’astronaute.

Se souvenant de son retour, Stan a déclaré que l’odeur de la terre vivante, de l’herbe et des fleurs « lui faisait monter les larmes aux yeux ». C’est une bonne raison pour laquelle quelqu’un refuserait un aller simple vers Mars, mais peut-être que face à une éventuelle destruction planétaire, les gens pourraient changer d’avis.

Via : Autoévolution

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !