Les rongeurs ont peut-être hiberné il y a 34 millions d’années pour survivre, selon une étude

Les rongeurs ont peut-être hiberné il y a 34 millions d'années pour survivre, selon une étude

Selon une étude menée par un groupe de scientifiques financé par le Fonds national suisse de la science (FNS), les rongeurs pourraient avoir utilisé la stratégie d’hibernation pour survivre au début de l’ère glaciaire quaternaire – la période géologique actuelle. Ainsi, la recherche porte à croire que la caractéristique n’est pas quelque chose de nouveau, mais qu’elle existe parmi les espèces depuis 34 millions d’années. Les résultats ont été publiés dans le Journal of Systematic Paleontology.

Selon l’étude, des interruptions saisonnières de la croissance des incisives des animaux ont été signalées, ce qui suggère une hibernation établie comme stratégie il y a 2,6 millions d’années. La capacité d’hibernation est née en réponse aux conditions difficiles de survie de l’époque, mais les scientifiques travaillant sur le projet estiment cependant que l’hibernation entre les espèces a commencé à une époque plus archaïque à la grande diversification de l’espèce.

«Il peut même s’agir d’un trait archaïque préservé chez certaines espèces jusqu’à présent et perdu chez d’autres qui ont développé des stratégies de survie différentes», explique Olivier Maridet, conservateur du Jurassica Museum, à Porrentruy, et paléontologue à l’Université de Fribourg.

L’étude était basée sur l’analyse des fossiles dentaires des rongeurs trouvés. L’équipe a observé la taille et la forme des dents selon 124 critères différents pour déterminer le degré de parenté entre les espèces. Ainsi, il a été possible de dessiner un type d’arbre évolutif de la famille des Gliridae, définie comme de petits rongeurs à queue épaisse. L’arbre a pris en compte les espèces fossiles anciennes mais aussi les espèces actuelles, confirmant même des affinités entre les groupes.

Lire la suite!

Objectif de recherche

La recherche avait pour objectif d’étudier la transition de l’Éocène à l’Oligocène, période de grands bouleversements de la faune terrestre connue sous le nom de «Grande Coupure», en Europe, et finit par s’intéresser à l’histoire évolutive de la famille des Gliridae. Selon Maridet, un grand nombre d’espèces de cette famille a été observé au fil du temps en ce qui concerne le changement climatique. La diversification entre eux a atteint trois fois et, apparemment, à chaque changement, l’épisode a coïncidé avec une période glaciaire différente.

«Ces rongeurs avaient clairement un avantage qui leur permettait de prospérer à cette époque», explique le scientifique. « Notre hypothèse est qu’il s’agissait d’hibernation », a-t-il ajouté.

Pendant la période de la «Grande Coupure», de nombreux mammifères comme les primates Primaidae, les paléotheres (cousins ​​éloignés des chevaux d’aujourd’hui) et certains groupes de rongeurs indigènes d’Europe, ont disparu. D’autres, plus modernes, ont réussi à s’implanter. Dans le cas des Gliridae, ils se sont établis, ont survécu à la crise et se sont encore diversifiés.

Source: PHYS.ORG

 

  • Et dedans il y a...