Les résultats pourraient résoudre l’un des principaux défis de l’informatique quantique

Les Résultats Pourraient Résoudre L'un Des Principaux Défis De L'informatique

Les appareils quantiques fonctionnent à l’aide de bits quantiques, ou qubits en abrégé. Ils sont essentiellement l’équivalent quantique des bits utilisés dans l’informatique traditionnelle. Alors que les bits de calcul traitent les informations à 0 ou 1, les qubits peuvent être les deux en même temps. Cependant, ce système est extrêmement instable et peut facilement se dégrader. Par conséquent, une nouvelle expérience peut aider à résoudre ce problème.

La publication dans la revue Nature mentionne que les scientifiques ont gonflé deux atomes puis refroidi la combinaison à une fraction au-dessus du zéro absolu. Ce processus a créé une porte quantique à deux qubits très puissante et rapide. La porte à deux qubits est une opération logique basée sur l’état quantique de deux qubits intriqués.

C’est le composant qui permet par exemple de lire l’enchevêtrement de qubits. La grande difficulté de l’informatique quantique est de créer une porte qui soit résistante et qui ne se dégrade pas facilement. Une pléthore de matériaux ont déjà été testés, mais peu ont vraiment fait une percée efficace.

ordinateur quantique
Illustration de l’ordinateur quantique (Image : Jurik Peter (Shuttestock)

l’informatique quantique

Pour cette raison, les scientifiques de l’Institut national des sciences naturelles utilisent des lasers pour refroidir ces atomes près du zéro absolu et les placer à une distance précise à l’échelle du micron les uns des autres à l’aide de pincettes optiques. Ce processus a accéléré les atomes et a créé une porte quantique avec une vitesse de 6,5 milliardièmes de seconde (nanosecondes), ce qui est plus de 100 fois plus rapide que toute expérience précédente avec des atomes de Rydberg.

Un atome de Rydberg est un atome « ​​géant », avec un ou plusieurs électrons qui ont un nombre quantique principal très élevé. Ils atteignent la taille d’un grain de sable lorsqu’ils sont gonflés intensément.

Bien qu’il ne s’agisse pas du record global de vitesse de porte quantique, la nouvelle étude implique différentes techniques qui peuvent compenser les défauts et les limitations antérieurs. Désormais, les prochaines phases impliquent l’utilisation d’un laser spécifique, plus sensible et précis, qui permet des opérations plus contrôlées.

Via Alerte scientifique

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !