Un nouveau partenariat permettra aux cosmonautes russes de voler vers l’ISS dans le vaisseau spatial SpaceX

Un Nouveau Partenariat Permettra Aux Cosmonautes Russes De Voler Vers

Après de nombreux débats (et de nombreuses menaces), il semble que les relations entre la Russie et les États-Unis s’améliorent, du moins en ce qui concerne l’exploration spatiale. Un nouveau partenariat signé par l’agence spatiale Roscosmos avec la NASA permettra un partage collaboratif des ressources. En pratique, cela devrait permettre aux cosmonautes russes d’utiliser les engins spatiaux de SpaceX pour se rendre à la Station spatiale internationale (ISS).

En effet, du côté ouest de l’ISS, des astronautes de la NASA et de l’ESA, l’agence spatiale européenne, la société fondée par Elon Musk, détient le contrat de transport de fret – humain ou matériel – vers la station. Auparavant, la Russie utilisait ses propres ressources, telles que des fusées et des engins spatiaux Soyouz.

Lire aussi

L'image montre la cosmonaute russe Anna Kikina, qui volera à bord d'un vaisseau spatial SpaceX en septembre
Seule femme cosmonaute en service actif pour Roscosmos, Anna Kikina volera en septembre à bord d’un vaisseau spatial américain dans le cadre d’une mission SpaceX (Image : Roscosmos/Disclosure)

L’environnement sur l’ISS a toujours été celui de la collaboration et, dans la mesure du possible, exempt de désaccords politiques : depuis son lancement en 1998, la station a compté sur les États-Unis et la Russie comme partisans majoritaires.

Cependant, depuis que le président Vladimir Poutine a autorisé les actions militaires qui ont déclenché la guerre en Ukraine, plusieurs pays du monde – notamment les États-Unis – ont imposé des sanctions qui ont nui au programme spatial russe.

Non pas que cela ait poussé la plus grande nation d’Europe de l’Est à revenir sur ses actions : Dmitri Rogozine, le controversé (maintenant ancien) directeur de Roscosmos, menaçait constamment d’actions très drastiques : il a même publié un montage vidéo qui montrait l’explosion de l’ISS, affirmant à une autre occasion que le Les Russes pourraient « le laisser tomber » sur les États-Unis. Rogozin a également une aversion intense pour Elon Musk, qu’il a constamment attaqué dans des interviews et sur les réseaux sociaux.

Après son départ du poste, Roscosmos n’a pas perdu de temps pour tenter de rétablir l’environnement collaboratif – une action saluée par la NASA, selon un communiqué : « Le vol d’équipages intégrés garantit que la station a toujours des membres correctement formés pour maintenance primaire et sorties dans l’espace. ”.

Le partenariat vient renforcer l’environnement collaboratif dans deux vols déjà prévus : d’une part, la mission Équipage-5 transportera un vaisseau spatial Crew Dragon (SpaceX) vers l’ISS, avec un équipage composé d’Andrei Fedyaev et Anna Kikina (Roscosmos), Nicole Mann et Josh Cassada (NASA) et Koichi Wakata (JAXA, l’agence japonaise). La mission devrait sortir courant septembre.

Dans le même temps, les astronautes Frank Rubio et Loral O’Hara ont été choisis par la NASA pour voler à bord du vaisseau spatial Soyouz MS-22 à deux reprises : Rubio sera lancé vers l’ISS le 22 septembre, avec les cosmonautes Sergey Prokopyev et Dmitry Petelin, tandis que O ‘Hara doit partir en 2023, avec un équipage non encore confirmé.

Avez-vous regardé nos nouvelles vidéos sur Youtube? Abonnez-vous à notre chaîne !