WhatsApp, iMessage et Facebook Messenger devront être compatibles avec les autres applications de messagerie en Europe

WhatsApp, iMessage et Facebook Messenger devront être compatibles avec les autres applications de messagerie en Europe

La loi sur les marchés numériques veut complètement changer le monde des applications de messagerie : vous pourrez envoyer des messages WhatsApp à l’aide d’autres applications.

Un groupe de législateurs du Parlement et du Conseil européen ont convenu d’approuver la nouvelle loi sur les marchés numériques, qui, entre autres, prévoit l’interopérabilité entre les applications de messagerie les plus populaires au monde, telles que WhatsApp ou Facebook Messenger ou iMessage – qui sont cités dans le communiqué de presse–, avec d’autres plateformes minoritaires.

Après une négociation qui a duré environ huit heures, les législateurs de l’UE ont convenu que ce type de services de messagerie devrait être « ouvert » pour interagir avec des plateformes plus petites, si elles le demandent. Pour l’utilisateur, cela signifiera qu’il sera possible d’échanger des messages, des fichiers ou de passer des appels vidéo via n’importe quelle application de messagerie de son choix.

Comment créer un compte WhatsApp

WhatsApp doit être compatible avec d’autres applications de messagerie.

WhatsApp devra « ouvrir » sa plateforme de messagerie à d’autres applications

La mesure, qui devrait entrer en vigueur dans les prochains mois, fait partie du Digital Markets Act, ou DMA, pour son sigle en anglais. Il s’agit d’une loi créée dans le but de limiter les pratiques abusives des entreprises que l’UE appelle les Gatekeepers, qui fournissent des « services de plate-forme de base » et sont plus susceptibles de mener des pratiques commerciales déloyales. Les entreprises ayant une capitalisation boursière d’au moins 75 milliards d’euros ou un chiffre d’affaires annuel de 7,5 milliards d’euros sont incluses, telles que Meta, Apple, Google ou Amazon.

Pour le moment, les législateurs n’ont pas indiqué les détails techniques liés à l’interopérabilité entre les différentes applications, bien qu’ils aient promis de les révéler dans les mois à venir. De même, il a été confirmé que les entreprises qui décident de s’opposer à la mesure et n’effectuent pas les changements nécessaires pourraient être passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 10 % de leur chiffre d’affaires mondial total de l’année précédente, ou jusqu’à 20 % en cas de récurrence.

La loi sur les marchés numériques doit encore être finalisée puis approuvée par le Parlement européen et le Conseil. Les accords reflétés dans ladite loi entreraient en vigueur vingt jours après sa publication, mais les mesures ne seraient appliquées que six mois plus tard.

Rubriques connexes : Applications