«Si le matériel le permet, nous essaierons toujours de mettre à jour vers la dernière version» Xavi de la Asunción, SBM de Vivo España

«Si le matériel le permet, nous essaierons toujours de mettre à jour vers la dernière version» Xavi de la Asunción, SBM de Vivo España

Ces derniers mois, nous avons vu comment le marché Français s’est reconfiguré avec la disparition progressive de certaines marques et la présence de plus en plus notable d’autres.

Peut-être l’arrivée la plus importante de l’année dernière a été celle de Vivo, une entreprise qui dans des pays comme la Chine est très importante et qui a finalement fait le saut dans notre pays.

Nous avons pu interviewer Xavi de la Asunción, Senior Brand Manager de Vivo France, responsable du domaine marketing, pour nous parler de l’arrivée de cette société dans notre pays.

Nous avons structuré l’entretien en plusieurs sections, en fonction du sujet des questions.

Vivo et le marché de la téléphonie mobile

Quel est le bilan de la situation de Vivo en France 5 mois après votre arrivée?

Très positif. Notre philosophie, et celle que nous suivons dans chaque marché où nous entrons, est de croître avec quelques les partenaires, pour s’installer et construire une bonne base. Cela peut sembler une stratégie contraire à ce qui semble logique, c’est-à-dire essayer de couvrir autant que possible le canal de distribution, mais cela impliquerait d’aller trop vite et de ne pas avoir de croissance organique saine. Nous voulons pouvoir travailler de manière personnalisée avec chacun partenaire et lui accorder l’attention nécessaire pour pouvoir démarrer l’entreprise commune.

Quelle est la part de marché de Vivo en France?

Parler de part de marché alors que selon nos calculs approximatifs nous avons une couverture de 28% serait donner un chiffre qui ne serait pas comparable au reste. En général, nous pouvons dire que partout où nous vendons des produits pour le moment (MediaMarkt, Carrefour et PcComponentes), nous assistons à une croissance rapide étant donné que nous avons lancé sur le marché Français il y a moins de 6 mois.

Le parrainage de l’Eurocup est-il un moyen de se mettre dans la tête du grand public?

Oui, cela fait partie de la stratégie de marque pour l’Europe, de se lier à des éléments avec lesquels le marché peut se sentir identifié, et en Europe et en particulier en France, le football a une pertinence tout à fait remarquable. Dans le même ordre d’idées, au niveau local, nous avons commencé à faire de la publicité à la télévision U (les panneaux qui entourent le terrain) de La Liga Santander, et l’année prochaine, nous serons également en Coupe du monde de football.

Cependant, nous savons qu’il y a une partie importante du public pour qui le football en tant que tel n’a plus l’impact qu’il aurait pu avoir il y a des années, et pour eux nous travaillons également, nous espérons donc que vivo deviendra une marque de référence. lors de l’achat d’un nouveau mobile.

Ayant travaillé chez Telefónica, Huawei ou BlackBerry, entre autres, en quoi Vivo se distingue-t-il?

Ce sont toutes de grandes entreprises et dans lesquelles j’ai vraiment aimé apporter mon grain de sable. Si j’aime quelque chose de vivant, c’est de la philosophie Benfen, qui se résume à faire ce qu’il faut et bien faire, et cela se traduit, par exemple, par la construction progressive de la marque et en essayant de donner une communication cohérente et centrée sur la personne.

L’importance de la photographie

La photographie restera-t-elle le point fort de l’entreprise?

C’est l’un des points clés. On comprend le smartphone dans son ensemble, il doit y avoir un équilibre (on revient à Benfen) entre les éléments du téléphone pour pouvoir offrir une expérience rémunérée. Avec le X51 5G, nous avons introduit des nouveautés photographiques telles que le cardan, nous avons conclu un accord avec Zeiss, en plus duquel nous avons élargi notre réseau de R&D pour le développement du système d’imagerie, ainsi que le centre que nous avons déjà au Japon.

Sur quoi se concentre la collaboration avec Zeiss?

Dans l’union des connaissances des deux marques, Zeiss et vivo, afin que l’utilisateur puisse prendre de meilleures photos, de l’ingénierie conjointe dans le développement des objectifs au traitement d’image, en passant par l’expérience des plus de 380 millions d’utilisateurs de I vivre partout dans le monde.

Travaillez-vous sur un traitement plus occidental?

Nous proposons déjà des produits adaptés aux goûts les plus occidentaux et européens. Par exemple, en Europe, nous aimons les selfies beaucoup plus naturels qu’en Asie, et cela fait partie de la stratégie de vivo de rapprocher le produit des exigences de chaque marché.

Le cardan continuera-t-il à être l’élément différentiel de la gamme haut de gamme?

Oui, le cardan a été une nouveauté très bien accueillie et continuera d’être une partie très importante de nos produits phares. Nous avons déjà annoncé en Chine des modèles de la gamme X60 où le cardan est toujours la star.

Nouveaux produits en direct

Écran Vivo X60 Pro Plus

Y aura-t-il bientôt une annonce pour les modèles annoncés en Chine?

Cela ne prendra pas longtemps, nous préparons le lancement des nouvelles gammes pour cette année, elles sortiront du four sous peu.

Comment Vivo veut-il augmenter son impact dans le milieu de gamme contre des rivaux comme Xiaomi ou Realme?

Être honnête dans la proposition et proposer un produit capable de répondre aux besoins du client, en particulier dans le milieu de gamme qui représente environ 70% des ventes en France.

Y aura-t-il plus d’engagement envers les opérateurs que les autres entreprises?

Le marché des transporteurs est un marché très important pour nous, et nous travaillons activement avec eux. C’est la prochaine étape logique après l’entrée sur le marché «libre».

L’écosystème accessoire est-il pertinent?

Ce sera petit à petit, mais aussi longtemps qu’il aura un sens. Nous avons lancé des écouteurs TWS et des écouteurs sportifs, et au cours de cette année, nous augmenterons l’offre. Mais étant toujours fidèle à la Benfen, petit à petit et donnant au marché ce dont nous pensons avoir besoin.

Y aura-t-il un pliage Live?

Il est trop tôt pour dire que nous cherchons toujours à savoir comment un mobile pliable peut être pertinent pour un utilisateur final, au-delà de la surprise et du facteur marketing qu’il peut supposer pour le moment. Mais la meilleure preuve que nous travaillons est que nous avons déjà déposé des brevets pour d’éventuels mobiles pliables.

Qu’en est-il de l’APEX au niveau commercial? Ne sont-ils pas une option?

APEX est, pour le dire d’une certaine manière, l’équivalent des «concept cars» dans le monde automobile: une façon d’imaginer à quoi pourrait ressembler un mobile dans le futur et où nous pensons que la technologie nous mènera. En tant que tel, il n’a jamais été commercialisé, mais de nombreuses innovations présentées sont déjà disponibles sur nos téléphones, comme le cardan qui était présent à l’APEX 2020.

APEX 2020

Chargement rapide, logiciel et plus

La charge ultra-rapide n’est-elle pas pertinente pour Vivo?

Totalement. Nous avons la technologie FlashCharge 33W, commercialisée en France avec le X51 5G et le Y70. Dans notre marque de jeux, iQOO, nous avons l’iQOO 7 avec 120W. Petit à petit nous augmenterons ces puissances, mais toujours à la recherche d’un équilibre entre avantages pour l’utilisateur, coût et durée.

Qu’en est-il de la recharge sans fil?

Dans le modèle APEX que nous voulions présenter dans le passé MWC, il n’y avait ni slot, ni connecteur, ni bouton, c’était complètement monocoque, et il avait une charge sans fil rapide de 60W. Nous y travaillons, mais nous avons besoin que ce soit un réel avantage pour le consommateur, plutôt qu’un point de plus dans les spécifications des produits pour des raisons de marketing. À l’heure actuelle, cela économise la commodité de la connexion USB, mais le compromis est le coût, le poids et le volume accrus, et une efficacité inférieure par rapport à la charge filaire, ainsi qu’une durée de vie de la batterie plus courte grâce à la charge inductive. Dès que tous ces inconvénients seront compensés par les avantages, nous verrons.

Comment l’entreprise évalue-t-elle la tendance du marché à retirer le chargeur de la boîte?

C’est un sujet difficile. D’une part, sur le plan politique et environnemental, l’Union européenne envisage d’éliminer le chargeur afin de réduire la quantité de déchets électroniques. Pour le fabricant, cela représente une économie et pas seulement en ne l’incluant pas: des cartons plus petits permettent un transport moins cher et il y a moins de manutention. Mais pour l’utilisateur, et vu l’évolution de la recharge rapide, qui nécessite des chargeurs spécifiques, cela peut être un facteur de frustration pour l’utilisateur, puisqu’il doit acheter un chargeur séparément pour tirer le meilleur parti de son nouveau mobile.

Nous ne pouvons pas parler au-delà du très court terme étant donné tout ce qui précède, mais pour l’instant nous allons le maintenir.

Quelle est l’expérience des logiciels en France en tant qu’entreprise? Des marques comme OnePlus s’éloignent de l’idée de logiciel proche de Pure Android et seuls Nokia et Motorola optent actuellement pour Android One. Des changements sont-ils attendus?

Nous avons choisi d’offrir une expérience similaire à Android One, car en Europe, nous aimons beaucoup l’expérience pure de Google, à laquelle nous ajoutons uniquement certaines améliorations pour une meilleure expérience avec nos produits. Les commentaires reçus jusqu’à présent sont très positifs et l’idée est de continuer ainsi.

Avoir son propre manteau est-il apprécié comme presque tous les autres fabricants?

Nous en avons un, Funtouch OS, mais il est très discret, nous voulons garder l’expérience Google en Europe aussi pure que possible.

La vitesse de mise à jour continuera-t-elle à être un signe de l’entreprise en France?

Oui, nous avons déjà mis à jour les 4 produits que nous avons lancés en octobre entre décembre et janvier vers Android 11. Et pour nous, il est très important que l’utilisateur se sente pris en charge, si le matériel le permet, nous essaierons toujours de mettre à jour vers la dernière version , en plus de maintenir les correctifs de sécurité pendant 3 ans.

Nous ne pouvons que remercier Xavi de la Asunción pour le temps consacré à répondre à nos questions.