Ultimatum d’Apple à 121 de ses employés: déménagez ou perdez votre travail

Ultimátum de Apple a 121 de sus empleados: o se mudan, o pierden su trabajo

Les travailleurs devront déménager de San Diego (Californie) à Austin (Texas), une ville située à plus de 1 800 kilomètres

Ultimátum de Apple a 121 de sus empleados: o se mudan, o pierden su trabajo
Logo d’Apple dans ses bureaux

121 travailleurs d’Apple à San Diego devront déménager à Austin ou risquer de perdre leur emploi. La société de la pomme croquée veut restructurer sa division IA en regroupant ses employés dans la ville texane. Il s’agit d’une stratégie d’Apple pour renforcer ses capacités en intelligence artificielle, un domaine dans lequel l’entreprise a besoin de renforcement.

Ils ont jusqu’à fin février pour décider

Selon Bloomberg, les travailleurs doivent prendre leur décision avant fin février. Ils peuvent choisir de se réinstaller ou non, mais s’ils choisissent la seconde option, ils risquent d’être licenciés le 26 avril. La plupart ne sont pas prêts à déménager. Ils ont été informés de la situation le mercredi 10 janvier par Christine DeFilippo, adjointe du responsable de l’IA chez Apple, John Giannandrea. Ceux qui choisiront de déménager recevront une indemnité de 7 000 dollars pour le déménagement, bien qu’ils se déplacent sur plus de 1 800 kilomètres, ce qui, en termes de distance, équivaut à passer de Barcelone à Copenhague.

Tim Cook

Les travailleurs font partie de l’équipe d’intelligence artificielle, qui sera centralisée à Austin et deviendra leur siège général. Ceux qui travaillent à San Diego ont été essentiels pour le développement et l’évolution de Siri, mais actuellement, Apple souhaite se concentrer sur la création de grands modèles de langage, le type d’IA qui est considéré comme celui qui dominera le marché. En réalité, la pomme croquée est en retard dans ce domaine par rapport à ses concurrents tels que Google ou Microsoft, qui l’a récemment dépassée en bourse.

Ce n’est pas le premier affrontement entre les dirigeants d’Apple et leurs employés. Bien que pendant la pandémie, la pomme croquée ait évité les grands licenciements, les dernières décisions de l’entreprise ne sont pas bien accueillies par les employés. L’une d’entre elles a été l’initiative de revenir au bureau au moins trois jours par semaine. Depuis l’apparition de la pandémie, les travailleurs du secteur technologique se sont adaptés au travail à distance, ce qui ne plaît pas aux entreprises. Apple n’est pas la seule à exiger le retour au travail en présentiel, Grindr et Google ont également essayé de les faire revenir avec un plan particulier.