La Chine prétend avoir trouvé le moyen de briser le chiffrement d’AirDrop

China asegura haber encontrado la forma de romper el cifrado de AirDrop

Une organisation soutenue par le gouvernement chinois parvient à identifier les utilisateurs qui envoient du contenu via AirDrop

La Chine prétend avoir trouvé un moyen de casser le chiffrement d'AirDrop
Un MacBook, un iPad et un iPhone : trois appareils compatibles avec AirDrop

Pour le gouvernement chinois, le système de transfert de fichiers entre appareils Apple, AirDrop, est une menace. Principalement parce que cette technologie a permis pendant des années de diffuser des messages d’activistes contre le gouvernement. Il n’est donc pas surprenant que l’État cherche depuis longtemps à casser le chiffrement d’AirDrop afin d’identifier les personnes derrière l’envoi de contenu.

Maintenant, une organisation soutenue par le gouvernement chinois affirme avoir atteint son objectif.

Dans un rapport publié aujourd’hui par un organisme du gouvernement chinois, il est expliqué comment l’Institut de Beijing a développé une méthode qui permet d’identifier les utilisateurs qui utilisent iMessage pour envoyer du contenu. Grâce à cette technique, il a été possible d’obtenir les numéros de téléphone et les adresses e-mail des expéditeurs, ce qui facilite grandement la révélation de leur identité.

Une « grande avancée technologique » avec laquelle la Chine veut éradiquer la propagation d’informations nuisibles

Bien que la méthodologie utilisée par l’Institut de Beijing pour révéler l’identité des utilisateurs d’AirDrop n’ait pas été divulguée, il a été précisé que le chiffrement utilisé par Apple a été cassé dans les enregistrements des appareils iPhone, où sont stockés les numéros de téléphone et les adresses e-mail des expéditeurs d’AirDrop.

D’après le gouvernement, cette technique améliore l’efficacité et la précision pour résoudre les cas de propagation de désinformation et permet de mieux éviter la distribution de messages inappropriés. Ils affirment qu’il s’agit d’une « grande avancée technologique ».

Il ne fait aucun doute que cette nouvelle n’aidera pas à améliorer les relations entre la Chine et Apple, déjà ternies par d’autres mouvements venant de Chine, tels que l’interdiction d’utiliser des iPhones dans les environnements gouvernementaux ou la décision d’Apple de commencer à fabriquer des iPhone en Inde plutôt qu’en Chine, comme cela était le cas jusqu’à présent.